Category Archives: Politique

De l’intégration

C’est le nouveau mantra que répète à l’envi la classe politique et médiatique : il faut intégrer.

Il faut les intégrer. Qui ? Ces populations d’origine étrangère dont depuis quarante ans le nombre s’accroît  chaque année un peu plus un peu plus en France. Dans l’esprit de nos dirigeants, l’étranger intégré, c’est celui qui occupe une activité professionnelle stable, qui respecte les lois de la République et qui évite de voiler trop ostensiblement sa femme ou d’agresser trop régulièrement les pompiers.  Le problème, c’est que tout « intégré» qu’il soit, cet étranger contribue à détruire chaque jour un peu plus la Nation.

En quelques décennies, la France a  en effet connu une modification spectaculaire  de ses exigences envers les nouveaux venus  via un glissement sémantique subtil mais significatif. Autrefois, il était attendu des populations étrangères non pas qu’elles s’intègrent mais qu’elles s’assimilent. S’assimiler, cela signifie laisser derrière soi son origine pour devenir pleinement français en adoptant les mœurs, les coutumes et l’histoire de France. S’assimiler, c’est faire comme Napoléon qui disait : “De Clovis au Comité de Salut Public, j’assume tout”.

Aujourd’hui laxiste et impuissante, la République sut  pourtant être ferme  et impitoyable sur la question de l’assimilation. En 1870 avec les décrets Crémieux, elle offrit aux populations indigènes d’Algérie la possibilité de devenir pleinement français. Les juifs acceptèrent de s’assimiler ; les musulmans le refusèrent, préférant conserver le “statut personnel”, autrement dit la charia. Au début du XXème siècle, la République expulsa des millions d’italiens et de polonais non assimilés et dans des provinces comme l’Alsace, elle mena à l’école et dans l’espace public une guerre impitoyable aux identités et aux langues régionales. Qu’on l’approuve ou non, la République avait à l’époque un projet : faire de la France une nation républicaine et elle savait se donner  les moyens d’atteindre cet objectif.

A partir des années 70, sous la pression de l’immigration de masse et de l’idéologie antinationale, il ne fut soudain plus question d’assimiler mais d’intégrer. Cela signifiait que désormais chaque « communauté » allait pouvoir continuer à vivre en France en conservant ses mœurs, ses coutumes et son appartenance affective, culturelle  et parfois même juridique à son pays d’origine.  En théorie, la République et ses lois devaient être le ciment chargé de rendre cette cohabitation possible et faire de ses communautés disparates une nation. En pratique, il y eut une explosion du communautarisme et une perte du sentiment d’appartenance collective dans un pays qui, contrairement aux Etats-Unis, ne s’était jamais construit sur un tel modèle.

L’intégration, c’est en réalité la destruction de la nation et l’affaiblissement de la France.

Quant à l’assimilation, il est désormais trop tard et ceux qui la prônent sont des « cervelles de colibri » qui n’ont toujours rien compris au film. Quarante ans d’intégration ratée ont conduit des pans entiers du territoire et des populations qui se comptent en millions à faire sécession. Aujourd’hui, le véritable enjeu consiste à reprendre ses territoires perdus par la République et à expulser hors de la communauté nationale tous ceux qui s’en sont volontairement détachés.

Malheureusement, ceux qui dirigent la France n’ont pas encore compris l’absurdité complète de « chercher à intégrer » ou de mettre en œuvre des « politiques d’intégration ».  En effet, l’adhésion à un projet politique et l’assimilation  à un peuple ne peuvent être que des démarches volontaires.

Vouloir intégrer, c’est comme chercher à marier de force deux êtres qu’aucun élan du cœur n’attire l’un à l’autre et c’est surtout entretenir la logique communautariste qui contribue à la destruction de la France ainsi qu’à son archipélisation.

Certains français d’origine étrangère, peu nombreux, ont fait volontairement le choix de s’assimiler à la France. Ils ont compris sa grandeur, apprécié son génie et vu l’intérêt qu’ils avaient à associer leur destin à celui d’un si grand peuple. Ceux-là sont en chemin pour devenir de vrais français et la France doit leur réserver le meilleur accueil possible.

En revanche, tous ceux qu’il faut  sans cesse chercher à intégrer avec une débauche de dépenses aussi coûteuses qu’inutiles et qui de toute évidence n’aiment ni la France, ni son peuple  doivent être, expulsés de la communauté nationale, quand bien même la citoyenneté française leur eut elle été indument octroyée. La France leur a offert une chance extraordinaire, ils n’ont pas su la saisir.

Tant pis pour eux.

De l’Intellectuel-mais-Idiot (IMI)

Traduction de l’article publié en anglais par Nassim Nicholas Taleb sur Medium en 2016. Quelques libertés ont été prises par rapport à l’article original pour adapter son contenu et ses exemple à un public français. L’esprit du texte a été rigoureusement respecté.

Extrait du livre « Jouer sa peau » (Les Belles Lettres) – « Skin in the Game » (Random House)

“De l’Inde à l’Angleterre en passant par les Etats-Unis, nous sommes les témoins à l’échelle mondiale d’une révolte contre la cabale des « experts » et des journalistes du système sans « skin in the game », cette classe de semi-intellectuels paternalistes diplômés de l’ENA, d’HEC, de Sciences-Po ou d’établissements similaires aux diplômes prestigieux qui s’arrogent le droit de nous dire  1) ce que nous devons faire 2) ce que nous devons manger 3) comment parler 4) comment penser et… 5) pour qui voter.

Le problème, c’est que les borgnes suivent les aveugles : ces membres auto-proclamés de l’intelligentsia seraient incapable de trouver leur derrière avec leurs deux mains, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas assez intelligents pour définir ce qu’être intelligent veut dire et que par conséquent, ils restent prisonnier de raisonnements circulaires, leur principale compétence étant au final de passer des examens conçus par des gens comme eux.

Quand les résultats d’articles de recherche en psychologie peuvent être répliqués dans seulement 40% des cas, quand les conseils diététiques changent du tout au tout après 30 ans de diabolisation de la matière grasse, quand l’analyse macro-économique est moins fiable que l’astrologie, quand vous avez Bernanke nommé à la FED (réserve fédérale américaine) alors qu’il est complètement à la ramasse sur les risques pesant sur le système financier et que vous avez des tests pharmaceutiques dont les résultats ne peuvent être répliqués qu’une fois sur trois, vous avez tout à fait le droit de vous en remettre à votre instinct ancestral ou d’écouter vos grand-mères (ou Montaigne et tout autre savoir classique éprouvé par le temps) car ces bonnes vieilles recettes offrent de meilleurs résultats que tous ces pseudo-experts en costume.

Il n’est pas difficile de constater que ces bureaucrates universitaires qui s’arrogent le droit de gérer nos vies ne sont même pas rigoureux en matière de statistiques médicales ou de politiques publiques. Ils ne savent pas faire la différence entre la science et le scientisme. Pour leurs esprits obsédés par l’image, le scientisme a l’air plus scientifique que la véritable science (par exemple, il est trivial de montrer que tous ceux qui à l’instar de Cass Sunstein ou de Richard Thaler cherchent à nous « nudger » vers certains comportements, qu’ils classifieraient comme « rationnels » ou « irrationnels » (ou tout autre catégorie indiquant une déviation d’un protocole désiré ou prescrit)  ne comprennent la théorie des probabilités et utilisent les modèles de premier ordre de façon cosmétique). Ils sont également enclins à confondre l’ensemble avec l’agrégation linéaire de ses composants, comme nous l’avons vu dans le chapitre consacré à l’extension de la règle minoritaire.

***

L’Intellectuel-mais-Idiot est une production de la modernité qui a connu une accélération à partir de la moitié du vingtième siècle pour atteindre aujourd’hui son apogée, accompagné par une cohorte de gens sans skin in the game qui ont envahi de nombreux pans de la société.  Pourquoi ? Tout simplement parce que dans la plupart des pays, le poids du gouvernement est entre cinq et dix fois plus important que ce qu’il était il y a encore un siècle (exprimé en pourcentage du PIB). L’IMI semble être désormais à tous les coins de rue mais représente encore une toute petit minorité. On le retrouve rarement hors de certaines institutions spécialisées : think-tanks, medias et universités car la plupart des gens ont des vrais métiers et il n’y a pas beaucoup de postes vacants pour les IMI.

Méfiez-vous du semi-érudit qui pense qu’il est un érudit.

Il est incapable de détecter naturellement le sophisme.

L’IMI psychiatrise les autres lorsqu’ils font des choses qu’il ne comprend pas sans se rendre compte qu’en l’occurrence,  c’est sa compréhension qui est limitée. Il pense que les gens devraient agir dans leur intérêt et lui seul sait comment agir en ce sens, surtout s’il s’agit de ploucs ou d’habitants de la France profonde qui votent pour le FN ou pour le « Non » au référendum de 2005.

Quand les plébéiens font quelque chose qui a du sens pour eux mais non pour lui, l’IMI emploie le terme « non-éduqué ». Ce que nous appelons généralement la participation au processus démocratique, l’IMI le désigne par « démocratie » quand cela lui convient et par « populisme » quand la plèbe ose voter d’une façon qui va à l’encontre de ses préférences.

Alors que les riches prônent le « un euro, une voix », les plus humanistes le « un homme, une voix, » Monsanto le  « un lobbyiste, une voix, », l’IMI prône le « un diplômé de l’ENA, une voix » ou équivalent pour toute autre établissement d’ « élite » faisant partie du club.

Socialement, l’IMI est abonné au Monde ou au Nouvel Obs. Il n’est jamais grossier sur Twitter. Il parle de l’ « égalité des races » et d’ « égalité économique » mais n’a jamais été boire un verre avec un conducteur de taxi issu d’une minorité ethnique (une fois de plus, pas de skin in the game car le concept est étranger à l’IMI). Les IMI du Royaume-Uni ont été embobinés par Tony Blair. L’IMI moderne a assisté à plus d’un Ted talks en personne et en a regardé plus de deux sur Youtube.

Non seulement il a voté pour Hillary-Monsanto-Malmaison parce qu’elle était la mieux placée, et autre raisonnement circulaire du même acabit mais en plus il considère tous ceux qui n’ont pas fait de même comme mentalement perturbés.

L’IMI possède un exemplaire du « Cygne Noir » (livre de Taleb) dans sa bibliothèque mais confond l’absence de preuve avec la preuve d’absence. Il croit que les OGM sont de la « science » et que cette « technologie » ne diffère en rien des méthodes de reproduction traditionnelles du fait de sa capacité à confondre la science avec le scientisme.

Typiquement, l’IMI ne se trompe pas sur la logique de premier ordre mais les effets de second ordre ou les externalités lui échappent complètement le rendant totalement incompétent dans les domaines complexes. Du confort de son appartement de Saint-Germain-des-Prés, il était partisan de la « neutralisation » de Kadhafi parce qu’il était un « dictateur », sans réaliser que les neutralisations ont des conséquences (n’oubliez pas que parce qu’il n’a pas de skin in the game, il ne paie pas le prix de ses erreurs).

Sur le stalinisme, le maoïsme, les OGM, l’Irak, la Syrie, les lobotomies, l’aménagement urbain, les régimes, le fitness, la psychologie comportementale, les acides gras insaturés,  le freudisme, les stratégies de diversification, la régression linéaire, la gaussienne, le salafisme, l’équilibre dynamique stochastique, les ghettos urbains, le gène égoïste, les prédictions électorales, Bernie Madoff (avant sa chute) et les valeurs p-, l’IMI a toujours été du mauvais côté de l’Histoire mais cela ne l’empêche pas de penser que sa position actuelle est la bonne.

L’IMI fait partie d’un club pour bénéficier de réductions sur ses voyages. S’il travaille dans les sciences sociales, il utilise des statistiques sans savoir comment elles sont dérivées (comme Steven Pinker et autres psychocharlatans). Quand il va en France, il assiste à des conférences organisées par le Monde ou Courrier International ; il boit du vin rouge avec ses steaks (jamais du blanc) ; il pensait que le gras était mauvais maintenant il pense le contraire ; il prend des statines parce que son docteur lui a dit d’en prendre ; il ne comprend pas le concept d’ergodicité  et quand on lui explique, il l’oublie aussitôt ; il n’utilise pas des mots de yiddish pour parler business ; il étudie la grammaire avant de parler une langue ; il a cousin qui travaille dans un cabinet ministériel, il n’a jamais lu Frédéric Dard, Libanius Antiochus, Michael Oakeshot, John Gray, Amianus Marcellinus, Ibn Battuta, Saadiah Gaon, or Joseph De Maistre ; il ne s’est jamais bourré la gueule avec des Russes ; il n’a jamais bu jusqu’au point où l’on commence à casser des verres ou mieux encore, des chaises ; il ne sait pas faire la différence entre Hécate et Hécube (ou comme on dit par chez moi, il ne sait pas faire la différence entre la merde et l’andouillette) ; il ne sait pas qu’il n’y a aucune différence entre le pseudo-intellectuel et l’intellectuel quand il n’y a pas de skin in the game ; il a mentionné la mécanique quantique au moins deux fois au cours des cinq dernières années dans des conversations qui n’avaient  rien à voir avec la physique.

Il sait exactement à tout instant l’impact de ses actes et de ses paroles sur sa réputation.

Mais il y a un critère encore plus facile pour le détecter : il ne soulève pas de la fonte.

***

Les aveugles et les très aveugles

Arrêtons un instant d’être satirique.

Les IMI ne savent pas faire la différence entre la lettre et l’esprit.

Ils sont tellement aveuglés par des notions verbales telles que la science, l’éducation, la démocratie, le racisme, l’égalité, la preuve, la rationalité et autres termes à la mode qu’il est très facile de les embobiner. Par conséquent, ils peuvent créer des iatrogéniques (des dégâts causés par le médecin) monstrueux sans aucun sentiment de culpabilité parce qu’ils sont convaincus qu’ils voulaient bien faire, ce qui leur permet d’ignorer l’effet de leurs actions sur le monde réel.

Tout le monde se rirait du docteur qui manquerait de tuer son patient mais qui se défendrait en affirmant qu’il a réussi à diminuer son taux de cholestérol, sans comprendre qu’une mesure corrélée à la santé n’est pas la santé – la médecine a eu besoin de plusieurs siècles pour comprendre qu’il fallait qu’elle s’intéresse à la santé et non à l’exercice de ce qu’elle considérait comme une « science » et que par conséquent, ne rien faire était souvent préférable (via negativa). Et pourtant, dans un autre domaine, disons la politique étrangère, un néo-conservateur qui n’a pas conscience de cette déficience mentale ne ressentira aucune culpabilité après avoir détruit un pays comme la Lybie, l’Irak ou la Syrie au nom de la « démocratie ». J’ai essayé d’expliquer la via negativa à un néo-conservateur, ce fut comme essayer d’expliquer ce qu’est la couleur à un aveugle de naissance.

Les IMI seront satisfaits parce qu’ils ont donné de l’argent à un groupe ayant pour objectif de « sauver les enfants » et qui passera son temps à faire des powerpoints et à organiser des conférences sur comment sauver les enfants, sans jamais voir le problème.

De la même manière, les IMI sont régulièrement incapables de faire la différence entre une institution (par exemple le milieu universitaire et les diplômes) et le but véritable (la connaissance, la rigueur dans le raisonnement), j’ai même vu un universitaire français dénigrer un grand mathématicien ayant contribué utilement à son domaine parce que celui-ci n’était pas allé à la “bonne école”  quand il avait dix-huit ans.

La propension à cette déficience mentale est sans doute partagée par tous les humains, c’est peut-être une tare consubstantielle,  mais elle a tendance à disparaître avec du skin in the game.

Post-Scriptum :

L’élection de Donald Trump fut tellement absurde pour les IMI et tellement incompatible avec leur vision du monde qu’ils se révélèrent incapables de trouver les instructions sur la façon de réagir dans leurs manuels. C’était exactement comme un épisode de « Caméra Cachée » : le visage de quelqu’un à qui on vient de jouer un sacré tour et qui ne sait absolument pas comment réagir. Ou pour dire les choses autrement, l’expression de quelqu’un qui, se croyant heureux en ménage, rentre chez lui à l’improviste et trouve sa femme au lit avec un déménageur.

Tout ce que les experts, les sondeurs, les superprévisionnistes, les politologues, les psychologues, les intellectuels, les consultants, les spécialistes du Big Data, pensaient savoir se révéla totalement bidon. Ainsi, mon rêve de mettre un rat sous la chemise de quelqu’un (comme je l’ai exprimé dans le Cygne Noir) devint soudain réalité.”

Note du traducteur :

Bien avant Nassim Nicholas Taleb, le Général De Gaulle avait déjà identifié les IMI qu’il appelait les « cervelles de colibri ».

Extrait de « C’était de Gaulle » d’Alain Peyrefitte :

« Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées… »

De l’islam

A en juger par le traitement réservé à l’islam en France, un grand nombre de politiques, de journalistes et de français n’ont jamais eu la curiosité  de lire le Coran ou de s’intéresser à la pensée ainsi qu’à la théologie islamique.

Sur le sujet, il est bon de rappeler quelques notions de base :

1-Pour les musulmans, l’islam représente la révélation ultime, celle qui rend caduque toutes les précédentes (judaïsme et christianisme). Chrétiens et juifs sont dans l’erreur. Pour ne plus l’être, ils devraient se convertir à l’islam. L’athéisme, lui, est considéré comme une abomination absolue.

2-Le Coran est incréé. C’est la parole de Dieu en direct, contrairement aux Évangiles où la parole de Dieu passe par la médiation de l’homme.  Le Coran étant incréé, il s’agit pour les musulmans  d’une perfection absolue.  A ce titre, il ne saurait être soumis à  aucune modification, ni réforme. Dans l’histoire, toute les tentatives de réformer le Coran n’ont jamais abouti ou ont été sauvagement réprimées.

3-Cette loi de Dieu étant une perfection révélée dans le cadre de l’ultime révélation, elle a vocation à s’appliquer à la terre entière.  La paix promise par l’islam, c’est la paix d’un monde entièrement régi par la loi de Dieu, la charia. Quand un musulman dit : «que la paix soit avec toi », c’est une invitation à se convertir à l’islam.

4-Pour l’islam, le monde est divisé en deux domaines. D’un côté, le Dar Al Islam, la demeure de l’islam où la charia est appliquée et où vivent les croyants. De l’autre côté, le Dar El Arb, la demeure de la guerre, que les musulmans doivent conquérir et où vivent les mécréants. Aujourd’hui, l’Europe est considérée comme le Dar El Arb par excellence

5-La conquête et l’agression sont des éléments fondamentaux de l’islam car ils sont encouragés par Allah et le prophète. L’islam s’est diffusée dans le monde via la conquête militaire et dans le Coran, un grand nombre de versets sont sans aucune ambiguïté sur le sort qui doit être réservé aux non-musulmans :

Le Coran, sourate 60, verset 4 « Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah. »

Le Coran, sourate 2 verset 193 : « Et combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S’ils cessent, donc plus d’hostilités, sauf contre les injustes. »

Le Coran, sourate 4 verset  56-57 : « Certes, ceux qui ne croient pas à nos versets  nous les brûlerons bientôt dans le feu. Chaque fois que leurs peaux auront été consumées, Nous leur donnerons d’autres peaux en échange afin qu’ils goûtent au châtiment. Allah est certes Puissant et Sage ! »

6-Les terroristes ne sont en aucun cas des croyants dévoyés  non représentatifs de l’islam. Au contraire, ils appliquent le Coran à la lettre et respectent scrupuleusement la volonté d’Allah.

Le Coran sourate 47 verset 4 : « Lorsque vous rencontrez les mécréants, frappez-les au cou. Puis quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. »

Le Coran sourate 95, verset 4: « Allah accorde sa préférence à ceux qui se battent plutôt qu’à ceux qui restent à la maison. Il a  distingué ses combattants en leur accordant une immense récompense. »

7-La laïcité ainsi que les droits de l’homme sont  incompatibles avec l’islam. L’islam ne reconnaît  en effet ni la liberté de conscience (l’apostasie y est punie de mort), ni l’égalité hommes/femmes, ni l’égalité tout court (les mécréants ont le statut de dhimmi), sans parler du sort qu’il réserve aux homosexuels et autres « déviants ». L’islam est la religion de la soumission (islam) alors que la civilisation européenne et le christianisme promeuvent l’émancipation.

8-Pour le musulman, les lois de dieu (la charia) priment sur la loi des hommes (la res publica). En islam, il n’existe aucune séparation entre le religieux et le politique, entre le temporel et le spirituel. Le chef politique étant également commandeur des croyants, la laïcité y est impossible. A la lecture du Coran, véritable code civil,  il apparaît clairement que l’islam est un projet politico-juridique sous couvert de religion. Parler d’islam politique est un pléonasme. Par essence, l’islam est politique.

9-Avant même d’être un projet politico-juridique, l’islam est une nation. La nation de l’islam, c’est l’oumma, la communauté des croyants. Même si de fortes dissensions existent au sein de l’oumma, entre shiites et sunnites par exemple, les musulmans sont solidaires contre les mécréants. Comment peut-il y avoir d’appartenance à une communauté nationale si les musulmans se définissent avant tout par leur pratique religieuse?

10 – Qui sont les musulmans “modérés” ? Croient-ils-ou non qu’« il n’y a pas d’autres dieux qu’Allah et que Mahomet est son prophète ». S’ils le croient, ils placent alors  la loi de leur dieu au-dessus de la loi des hommes.  S’ils ne le croient pas, ils ne sont pas musulmans. De plus, le jour où les « radicaux » voudront imposer l’islam en France, les « modérés » seront-ils  majoritairement du côté des mécréants ou de leurs frères musulmans ?

11-L ’ « islam des lumières » vanté par certains a toujours été ultra-minoritaire. Toute les tentatives de réformer l’islam ou d’en sortir (Ataturk en Turquie, Nasser en Egypte) ont échoué. L’islam qui s’impose est toujours le “vrai” islam, le plus fidèle à la lettre comme à l’esprit du Coran. C’est d’ailleurs cette version qui est diffusée avec des moyens considérables par les monarchies pétrolières comme l’Arabie Saoudite ou le Qatar.

12- En France, les musulmans se sont déjà vus offrir l’occasion de pleinement s’assimiler. En 1870, les décrets Crémieux proposèrent aux algériens l’obtention de la nationalité française en échange du rejet de l’islam. Contrairement aux juifs, les musulmans algériens préfèrent conserver le « statut personnel », la charia, plutôt que de devenir pleinement français. Si les musulmans ont refusé de s’assimiler en 1870 pourquoi le feraient ils en 2019?

13- En France, l’assimilation ne progresse pas. Selon un récent sondage, 27% des musulmans  pensent que la charia devrait primer sur les lois de la République. Ce chiffre monte à près de 50% pour les jeunes générations.  Notons également qu’entre 1989 et aujourd’hui,  la proportion de musulmans allant prier le vendredi à la mosquée a doublé s’établissant aujourd’hui à près de 40%. Toutes les études confirment que les jeunes générations sont bien plus religieuses et radicales que celles de leurs parents.

14-Dès son origine, l’islam a su avancer masqué à chaque fois qu’il était trop faible pour s’imposer. Pour ce faire, il a développé un principe dissimulation stratégique: la taquiya. La taquiya permet aux musulmans de prétendre respecter les règles de la société d’accueil jusqu’au moment où ils se trouvent assez forts et nombreux pour prendre le pouvoir et imposer la loi islamique. Le mouvement des frères musulmans est passé maître dans cet art. 

15-En réalité, il existe deux Coran: le Coran de la Mecque et le Coran de Médine. Le premier a été rédigé à l’époque où Mahomet et ses disciples se trouvaient en position minoritaire. Il est celui qui contient tous les versets appelant à la tolérance et à la concorde sur lesquels s’appuient ceux qui présentent l’islam comme une religion de paix et d’amour (sourate 2 verset 256 par exemple). Ceux ci oublient de dire que ces verset ont été abrogés par le Coran de Médine, “coran de combat” rédigé après l’Hégire alors que Mahomet, désormais en exil, devient un véritable chef de guerre et appelle sans ambiguïté à la soumission et aux massacres des mécréants (versets 5 et 29 dits “de l’épée” de la sourate 9). La règle de l’abrogation (Nâskh oua Mansûkh) permet de prendre uniquement en considération le dernier verset révélé, celui de Médine, et donc d’entretenir en permanence un double discours visant à duper les mécréants.

16-l’islamisation de l’Europe est un projet prévu de longue date, à la fois par le mouvement des Frères Musulmans mais aussi par les nations islamiques elles-mêmes . Réunie à Doha en 2000, l’organisation de la coopération islamique a publié un document dans laquelle elle détaille les actions à mener pour islamiser l’Europe : construction de mosquées, lobbying, voile dans l’espace publique, enseignement de l’arabe à l’école etc…

17-Incapable de l’emporter dans le cadre d’un affrontement direct, l’islam a développé une double stratégie pour conquérir l’Europe vieillissante : la démographie et les droits de l’homme. Comme l’a dit le président algérien Boumedienne en 1974 “le ventre de nos femmes nous donnera la victoire” et comme l’a dit le prédicateur Youssef Al Quaradawi “Avec vos lois démocratiques nous vous coloniserons ; avec nos lois coraniques, nous vous dominerons.”

Si la France ne veut pas devenir une république islamique, il va falloir qu’elle ouvre les yeux et qu’elle comprenne que face à l’islam, seules deux attitudes sont possibles: se soumettre ou se battre.

Pour aller plus loin:

Le Projet, Alexandre del Valle (L’Artilleur)

Islam et judéo-christianisme, Jacques Ellul (PUF)

Stratégie de l’action islamique culturelle à l’extérieur du monde islamique

Du leadership

We herd sheep, we drive cattle, we lead people.

Lead me, follow me, or get out of my way.

George S. Patton

Dans une langue, les mots représentent toujours la partie émergée de la pensée.

Pour ce qui concerne l’autorité ou la direction, le français part toujours de la tête (capita) qui nous donne le mot « chef ». Le chef commande, dirige ou encadre. Placé à la tête du corps social, il ordonne et les membres obéissent. Pour la langue et la pensée française, l’autorité est verticale et s’inscrit dans un ordre « naturel » ainsi que dans une logique géométrique qui se retrouve également dans l’architecture classique et les jardins à la française.

L’approche anglaise est toute autre.

En anglais, le chef est un « leader » et « to lead » signifie conduire, guider, mener.

Le leader n’est pas une tête placée  « en haut » mais un guide placé  « devant ». Posté en première ligne, non seulement le leader s’expose davantage mais pour que les autres le suivent, il doit être capable de les entraîner à sa suite. Pour la langue et la pensée anglaise, l’autorité est horizontale, dynamique mais surtout, elle n’est jamais totalement acquise car elle ne procède pas d’un ordre « naturel ».

Ces différences radicales  dans l’approche et la conception du leadership expliquent en grande partie pourquoi les managers français sont, années après années, systématiquement classées parmi les plus mauvais au monde et pourquoi le monde anglophone est parvenu à imposer son modèle et sa domination économique à l’ensemble de la planète.

Tout le paradoxe de la culture française, comme l’a démontré Geert Hofstede,  est d’être à la fois individualiste mais en même temps marquée par la distance hiérarchique et le concept d’honneur.

Ces traits étaient parfaitement adaptés à un peuple de paysans, de petits commerçants, d’artisans et surtout de soldats dirigés par un roi, institution prenant en charge de façon quasi-exclusive les questions de leadership. Mais aujourd’hui, dans une république et dans un monde où l’économie et l’entreprise occupent un rôle central, cette absence de véritable culture du leadership  en France contribue grandement à son affaiblissement et à sa perte d’influence.

 Les Français ne seront jamais des anglais et des américains et c’est une véritable absurdité de croire qu’il soit possible ou même souhaitable de chercher à modifier l’ADN culturel des peuples.

 Le leadership est-il donc incompatible avec cette anthropologie française ?

Napoléon Bonaparte apporte sur ce point le plus brillant des contre-exemples.

Ennemi juré des anglais, Napoléon sut  appliquer, parfois même bien mieux qu’eux, des principes de leadership qui sont encore enseignés aujourd’hui dans les meilleures écoles de management.

Quelles sont les caractéristiques qui distinguent le leader d’un bon chef ?  

En premier lieu, un leader comprend que le leadership est bien plus qu’une formule creuse de séminaire pour cadre dirigeants. C’est une façon de vivre, un filtre avec lequel on regarde le réel.

Comme le dit John Maxwell, les leaders abordent tous les sujets avec un regard de leader.

Que cela signifie t’il concrètement ?

Tout d’abord, les leaders voient ce que les autres ne voient pas.

Pensant toujours à long terme, ils détectent l’opportunité et devinent le véritable potentiel d’une personne ou d’une idée. Brillant officier d’artillerie, Napoléon vit comment utiliser le siège de Toulon puis la campagne d’Italie pour se forger une réputation nationale et surtout comment profiter des troubles nés de la révolution française pour prendre le pouvoir et faire de la France un nouvel empire romain.

Surtout, le véritable trait distinctif du leader se trouve dans son rapport aux autres.

Un vrai leader comprend et applique les règles suivantes :

1-Le potentiel d’un leader est déterminé par les gens dont il s’entoure

Un leader est toujours à l’affut des talents. Dès qu’il en repère un, il cherche à l’intégrer le plus rapidement possible à son organisation. Combien de jeunes et brillants soldats furent sortis du rang par Napoléon pour devenir maréchaux, ducs et même rois dans le cas de Murat ou Bernadotte ? Même si ces derniers représentaient une menace pour lui, Napoléon préférât travailler avec des esprits brillants comme Talleyrand et Fouché  car il savait qu’un leader entouré de médiocres devient lui-même médiocre.  

2-Un leader assuré n’a pas peur de donner du pouvoir aux autres

Une fois la confiance acquise, le leader n’a pas peur de déléguer et de laisser une large autonomie à ses collaborateurs  tout en fixant un cadre clair et des objectifs précis. Napoléon développa une doctrine militaire laissant une grande autonomie à ses corps d’armées et à ses généraux leur permettant ainsi de prendre de vitesse des adversaires beaucoup moins agiles et plus lourds à manœuvrer.

3-Un leader sait qu’il faut un leader pour faire naître un leader

Au début de son parcours, le leader cherche des mentors qui vont l’aider à devenir  un leader en lui confiant des responsabilités.  Par la suite, il deviendra lui-même un mentor pour une nouvelle génération de leaders. Au début de sa carrière, Napoléon se plaça sous la protection de Barras qui lui confia ses premières responsabilités. Devenu général puis  premier consul, il n’aura de cesse d’essayer de faire émerger des leaders, que ce soit parmi ses généraux ou dans sa propre famille.

4-Un leader comprend que pour progresser, il faut être capable de sacrifier.

Un leader doit être capable de se détacher des notions de statut, de carrière et même parfois même faire des sacrifices financiers pour atteindre par la suite une position d’influence et de leadership plus importante. Qu’il soit général ou empereur, Napoléon alla toujours risquer sa vie sur les champs de bataille pour être au plus près de ses troupes. Un autre leader, De Gaulle, général et sous-secrétaire d’Etat à la défense, prit le risque de tout perdre, il fut même condamné à mort par Vichy, pour devenir  leader de la résistance. Un grand leader a toujours du « skin in the game ».

5-Un leader n’a réussi que dans la mesure où il a trouvé quelqu’un pour lui succéder.

Véritable mentor, il cultive en permanence un vivier de jeunes leaders afin que l’organisation qu’il a créée ne connaisse jamais une crise de leadership et survive à son départ ou à sa mort. Même s’il échoua sur ce point, Napoléon  fit tout ce qui était en son pouvoir pour assurer la pérennité de sa dynastie. Il créa une noblesse d’empire, plaça sa famille et ses maréchaux sur les trônes d’Europe et épousa la fille de l’empereur d’Autriche qui lui donna un fils : le roi de Rome.

Napoléon, comme tous les grands leaders, avait compris une chose essentielle.

« Un chef additionne ses forces en s’entourant de disciples ; un leader multiplie les siennes en s’entourant de leaders. »

Aujourd’hui, l’absence de véritable culture du leadership fait des ravages en France,  aggravés par l’incompétence des élites et la vision court-termiste de l’époque.

De nombreuses entreprises pourtant performantes doivent fermer ou sont reprises par des investisseurs étrangers car leurs dirigeants n’ont pas correctement prévu leur succession. Peu valorisés et mal soutenus, les Français les plus brillants partent à l’étranger où une véritable culture du leadership les identifie et leur confie des responsabilités. Sur le plan politique, les anciens partis désormais moribonds vont d’échecs en échecs incapables de faire émerger un nouveau leadership tandis que l’opposition reste prisonnière  d’un milieu, d’une famille ou d’un clan.  Enfin, au lieu de confier des responsabilités aux leaders de demain, la génération du baby-boom s’accroche à ses postes, à ses prébendes et à ses privilèges.

Un pays sans leaders est un pays sans avenir et la France attend désespérément le vrai leader qui viendra redresser la barre et la sauver du naufrage.

De la dédiabolisation

« Ils m’ont condamné à vingt ans d’ennui/ Pour avoir essayé de changer le système de l’intérieur »  chantait Leonard Cohen. Les partis politiques ou les candidats qui décideraient  de se rendre plus présentables aux yeux de l’opinion publique en adoptant des stratégies de dédiabolisation feraient bien de méditer les paroles du poète.

Même si la politique, comme l’art de la guerre, reste fondé sur la dissimulation, aucune victoire n’a jamais été remportée en refusant de désigner clairement l’ennemi  et aucun mouvement politique de rupture n’a jamais réussi à l’emporter en jouant le jeu du système auquel il prétend s’opposer.  

Comment cela s’explique-t-il ?

Tous les groupes humains sont fondés sur des hiérarchies.  Même si les élites sont détestées et méprisées, le peuple sait que ce sont elles qui, malgré tout,  définissent quelles idées et quelles opinions peuvent vous valoir d’être exclu du corps social. Par conséquent, toute véritable rébellion  commence toujours par contester au groupe dominant son statut et par le refus de se soumettre à sa hiérarchie de valeurs pour en imposer une nouvelle.

A l’inverse, la stratégie de dédiabolisation prouve qu’en réalité, « l’opposition » a  implicitement intégré la domination de l’élite actuelle et qu’elle se soumet à sa hiérarchie plutôt que de chercher à la remplacer. Loin d’être une ruse habile, c’est en réalité une stratégie de soumission qui place de surcroît ceux qui l’ont adopté dans une position très inconfortable : à eux de donner des gages et d’éviter les « dérapages ». Au lieu de se placer en juges du système qu’ils prétendent combattre, ils se retrouvent en permanence sur le banc des accusés. .

Les partisans de la dédiabolisation feraient mieux de s’inspirer de la campagne de  2016 de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine. Plutôt que de tenter de plaire  à un système qui le considérait comme un guignol, un incapable et un raciste, Donald Trump choisit plutôt  de l’attaquer de front sans lui laisser le moindre répit.  

Plutôt que de chercher à être respectable et loué par les médias, il préféra  gagner la confiance du peuple.  Plutôt que de faire profil bas et rester dans le politiquement correct, il commença  sa campagne en désignant ses prédécesseurs comme une bande d’imbéciles et les immigrés clandestins comme des criminels et des violeurs. Au lieu de se soumettre au tempo médiatique, il imposa le  sien à coups de provocations, de mesures chocs et de coups d’éclat.  Par sa méthode, son approche et son style et surtout par son refus de se plier aux règles du jeu, Donald Trump prouva  aux électeurs américains  qu’il était un véritable candidat antisystème capable de défier la hiérarchie établie pour lui imposer son propre système de valeurs.  En juin 1940, De Gaulle ne fit pas autre chose en déclarant, seul, inconnu, devant une table en bois quelque part dans Londres, qu’il n’était ni un gouvernement en exil, ni l’armée française mais la France et que ce n’était pas lui qui était illégitime mais bien Vichy.

L’histoire nous apprend qu’en politique, sur les sujets critiques, les finasseries et autres calculs subtils ne mènent jamais à rien. La prise du pouvoir représente toujours une prise de risque, une lutte à mort entre deux hiérarchies concurrentes. Témoin de ce combat, le peuple rejette toujours  le camp  sur lequel il sent planer l’odeur de la soumission et de la peur pour favoriser celui qui, convaincu de sa légitimité et de la supériorité absolue de son modèle, a osé affirmer que lui seul détenait la vérité et que tous les autres étaient dans l’erreur.

Du “skin in the game”

La légende raconte que les romains faisaient dormir l’architecte et toute sa famille sous le pont qu’il venait de construire. Cette pratique limitait le risque de défaillance en sanctionnant potentiellement de manière drastique le responsable.

Dans beaucoup de domaines, il est toujours profitable de s’inspirer de l’exemple des romains.

En effet, le succès de toute organisation repose en grande partie sur sa capacité à récompenser les comportements qui la favorisent et à sanctionner ceux qui lui nuisent.  Pendant des siècles, les dirigeants durent assumer leur risque et les conséquences leur actions, une loi d’airain que le philosophe et mathématicien Nassim Nicholas Taleb  a appelé le « skin in the game ».

Autrefois, un mauvais roi ou un piètre général finissait tué sur le champ de bataille, capturé par ses ennemis et parfois même assassiné par ses propres hommes. Jusqu’à la seconde moitié du XXème siècle, les chefs d’entreprise risquaient de tout perdre en faisant faillite. La légende raconte que même les hommes politiques avaient un sens de l’honneur et démissionnaient lorsque des soupçons de corruption pesaient sur eux.

 Aujourd’hui, plus personne n’a de « skin in the game » et les erreurs, principalement celle des classes dirigeantes, ne sont absolument plus sanctionnées.   Il s’agit là d’un bouleversement  dont notre époque n’a pas encore saisi ni la mesure, ni les conséquences.

Les banques font faillite : elles sont renflouées par de l’argent public et leurs responsables restent en poste. Une entreprise perd de l’argent et doit licencier des milliers de salariés ; ses dirigeants partent avec des parachutes dorés. Les journaux publient des fausses nouvelles, des approximations et parfois même de véritables mensonges ; aucun journal ne fait faillite, aucun rédacteur en chef ne perd son poste, aucun journaliste ne se retrouve à la rue. Les délinquants commettent des crimes et des délits ;  ils sont relâchés par la justice au grand désarroi des victimes et des policiers.  Cerise sur le gâteau : des politiques ou des administrateurs  condamnés par la justice  accèdent de nouveau aux responsabilités et s’étonnent que le peuple s’en offusque.

En France, une génération de décideurs a mené le pays à la ruine en détruisant l’industrie au profit des services, abdiqué la souveraineté économique et monétaire, financé la dépense publique par un recours sans précédent à l’endettement, détruit le lien social et la nation en important massivement des populations étrangères et poussé le peuple, les pompiers, les policiers, les enseignants et les médecins à la révolte.

Sont-ils pour autant sanctionnés ?

Ont-ils été chassés du pouvoir et des plateaux de télévision ?

Ont-ils été jetés en prison  et leurs biens saisis ?

Ont-ils  personnellement souffert des conséquences de leurs mauvaises décisions ?

Non, ils continuent à bien vivre, à prodiguer leurs mauvais conseils et à détruire leur pays dans l’impunité la plus totale.

Pourquoi ? Parce qu’il n’y a  plus ni sanction, ni de« skin in the game ».

Ce mauvais exemple venu d’en haut se répercute sur l’ensemble de la société.

Dans les entreprises, les administrations, les associations, l’initiative, la prise de risque, le talent ne sont pas récompensés tandis que la médiocrité, la faute grave et l’incompétence ne sont pas durement sanctionnés.  Cette situation est d’autant plus insupportable que le peuple, lui, continue de subir la sanction  et paie souvent  au prix fort les erreurs commises par ceux qui sont censés le diriger.

Le pouvoir et les privilèges ne sont tolérés que parce que ceux qui en jouissent assument pleinement leur part de risque. Si ce risque n’est plus assumé, le contrat est social est rompu.

Par conséquent, la réhabilitation de la sanction et la fin du transfert sur le peuple de la part de risque qui n’est plus assumé par les élites doit être une des mesures prioritaires de tout projet politique.

Le règne de l’impunité doit cesser et les élites doivent à nouveau jouer leur peau.

Et pour que la sanction soit rétablie, il faut commencer par rétablir l’autorité.

MAJ: le jugement de Salomon est le meilleur exemple de skin in the game.

Quand le roi Salomon propose de couper l’enfant en deux, la vraie mère pousse un cri et son skin in the game la révèle en tant que telle.

De l’anthropologie culturelle

Les erreurs des « élites » françaises actuelles s’expliquent en grande partie par leur ignorance totale des réalités anthropologiques.

Dans une émission de débat, un représentant de cette « élite », expliquait que pour résoudre leurs problèmes, les pays scandinaves n’avaient qu’à importer le modèle républicain français et que pour résoudre les nôtres, nous n’avions  qu’à importer le modèle social scandinave.

Cette idée complètement délirante sur le plan anthropologique n’est pas neuve. Dans « Le Mal Français », Alain Peyrefitte se lamentait déjà que les français soient  trop catholiques et trop latins et pas assez protestants. Ah si seulement la France était comme l’Allemagne, quelle grande nation industrielle elle serait !

Ce que ne comprennent pas nos têtes bien pleines  formées à l’ENA ou à Sciences Po, c’est que les systèmes politiques, économiques et sociaux sont toujours le fruit d’une anthropologie spécifique.

Le système économique allemand ne peut exister que parce qu’il repose sur un type de relations sociales et un système éducatif qui reposent eux-mêmes sur le protestantisme, qui repose lui-même sur un modèle anthropologique familial de type souche-inégalitaire, qui repose lui-même, en partie, sur le fait que la Germanie n’ait pas été colonisée par les romains dans l’Antiquité.

De la même façon, le système social scandinave repose sur une homogénéité ethnique qui était, jusqu’il y a peu, une des plus fortes du monde mais aussi sur un pilier de la culture scandinave, le Janteloven, qui décourage l’individualisme et invite chacun à trouver sa place au sein du collectif.

L’ironie qui échappe à nos «élites » françaises, c’est que leur absence de vision anthropologique s’explique en grande partie par l’anthropologie française !

En effet, comme l’a brillamment démontré Emmanuel Todd, cet universalisme français qui se concentre sur des êtres abstraits et des valeurs universelles provient en grande partie du système familial nucléaire égalitaire caractéristique du  bassin parisien et de l’île de France. La république française est le fruit de ce système.  De plus, seuls des principes abstraits pouvaient rassembler en nation cette mosaïque de peuples européens qu’est la France. Ce fut le long travail des rois de France, achevé par Napoléon. L’universalisme français est donc paradoxalement  le fruit d’une histoire et d’une identité spécifique En niant l’anthropologie, les « élites » françaises ne font  en réalité que succomber à leurs propres déterminants anthropologiques !

Déjà problématique en lui-même, cet aveuglement se révèle aujourd’hui absolument catastrophique.

Confronté  à l’islam et à la civilisation arabo-musulmane, il s’obstine à penser que pour peu que la République investisse suffisamment dans l’éducation, l’égalité et l’emploi, il serait possible d’intégrer à la France un système anthropologique et religieux radicalement exogène.

Les têtes pensantes de la République oublient que Napoléon, malgré tous ses efforts, s’est  cassé les dents sur la civilisation arabo-musulmane lors de sa campagne d’Égypte et qu’en Algérie, en 1870, les musulmans ont préféré conserver leur statut personnel, c’est-à-dire la charia plutôt que de s’assimiler à la République.

Dans un entretien avec le Roi Hassan 2 du Maroc, la journaliste Anne-Saint Clair demandait à ce dernier s’il était possible que la France intégrât ses sujets marocains. Celui-ci répondait : « Quand bien même exprimeraient-ils la volonté d’être intégrés, ils ne le pourront pas.  C’est possible entre européens. Vous n’en avez que faire, ce seront de mauvais français. »

Malheureusement, nos dirigeants ont refusé d’écouter les sages conseils du roi du Maroc.

Aveuglés par l’universalisme à la française et non formés à l’anthropologie, ils ne se rendent pas compte que tout oppose les systèmes anthropologiques européens et  arabo-musulmans : modèles familiaux, rapport au sacré et au temps, relations hommes/femmes, pratique religieuse, organisation politique, philosophie. Avec un orgueil démesuré, ils pensent être capables d’aller contre les lois fondamentales de l’anthropologie et de réussir là où des milliers d’années d’histoire ont échoué : faire cohabiter et assimiler des peuples que tout oppose sur les plans anthropologiques et culturels.

Cette ignorance et cet orgueil sont en train de conduire à la France au désastre.

UERSS

Le terrible secret de tout conflit est que le vainqueur finit souvent par devenir l’ennemi qu’il a combattu.

En 1989, les démocraties libérales triomphaient du communisme.

Vingt ans plus tard, elles sont devenues le totalitarisme qu’elles ont vaincu.

Excessif ? Caricatural ?

Faisons l’inventaire:

-Pouvoir exercé par une nomenklatura incompétente et corrompue apparaissant aux yeux du peuple comme de plus en plus illégitime

-Organisations de plus en plus bureaucratiques et tentaculaires cherchant à réglementer chaque aspect de la vie du citoyen sans que ce dernier ne puisse avoir de véritables prises sur elles

-Médias aux ordres du pouvoir, défendant systématiquement, parfois au mépris de l’évidence ou de la logique, la ligne du parti

-Sélection et accès aux responsabilités fondés non pas sur la compétence ou le sens l’intérêt général mais sur la loyauté et la pureté idéologique, le « progressisme » ayant remplacé le marxisme-léninisme

-Intelligentsia subventionnée par le système qui a remplacé l’éloge du prolétariat par celui du métissage et du vivre-ensemble et la dénonciation de la « bourgeoisie » par celle du  « populisme »

-Chasse aux dissidents menée par les pouvoirs politiques, médiatiques et judiciaires allant jusqu’à une violente répression policière dans le cas des gilets jaunes

-Pouvoir qui plutôt que de reconnaître ses erreurs et de se remettre en cause, renforce la répression, pratique le déni et accélère la tendance

Illégitimes, inefficaces et construits sur des fondations branlantes, de tels régimes finissent toujours par s’effondrer. Le mur du « progressisme » tombera comme est tombé celui de Berlin.

De la diversité

« La diversité est une chance », « La diversité est une force ».

Cette affirmation est devenue un lieu commun du discours politique qui, à force d’être répétée, a fini par s’imposer comme une vérité.

Pourtant, cette affirmation ne repose sur aucune base réelle.

Elle est un dogme, un article de foi dont la fausseté a été démontrée à plusieurs reprises par l’analyse scientifique.

En 2007,  le professeur Robert Putnam, sociologue à Harvard, de surcroît marqué à gauche, a démontré dans une série de brillantes études consacrées au délitement du lien social que  l’augmentation de la diversité entraînait la diminution de la confiance et du lien social au sein des communautés.

Plus récemment, une meta-analyse menée à partir de 87 études par des chercheurs danois de l’université de Copenhague et d’Aarhus a confirmé que la diversité ethnique impactait de façon négative la confiance au sein des groupes.

Dans le même registre  le sociologue finlandais Tatu Vanhanen a démontré  en 1999 comment le multiculturalisme était facteur de multiconflictualité à cause notamment de ce qu’il a appelé le « népotisme ethnique ».

La diversité n’est donc pas une force.

C’est un facteur de destruction des communautés naturelles et ceux qui continuent de la promouvoir témoignent soit d’une profonde ignorance, soit d’une volonté délibérée d’engendrer le chaos.

Dans tous les cas, il est grand temps que la diversité cesse d’être présentée comme un souverain bien et que ceux qui défendent publiquement cette idée soient considérés comme des charlatans et des imposteurs.

Du déclin du courage

Note du traducteur : Ce discours a été prononcé en 1978 à Harvard  par le dissident et écrivain russe Alexandre Soljenitsyne alors en exil aux États-Unis.  Je propose ici une traduction de larges extraits de ce long discours visionnaire et prophétique dont certains passages sont encore aujourd’hui d’une troublante actualité. La traduction anglaise officielle de ce discours prononcé en russe est disponible ici.

Le déclin du courage – Alexandre Soljenitsyne

Traduit de l’anglais par Stanislas Berton (extraits)

“Je suis très sincèrement heureux de me trouver ici parmi vous en cette occasion et de faire personnellement connaissance avec cette université  si ancienne et si illustre. J’adresse mes félicitations et tous mes meilleurs vœux aux étudiants aujourd’hui diplômés.

La devise de Harvard est « VERITAS ». Beaucoup d’entre vous l’ont déjà compris, les autres le découvriront au cours de leur vie, que si toute notre attention n’est pas concentrée sur la recherche de la Vérité, celle-ci nous échappe. Et tandis qu’elle nous échappe, l’illusion de la connaître perdure et cela conduit à de nombreux malentendus. La vérité est rarement agréable à entendre, elle est presque toujours amère. Mon discours d’aujourd’hui contient des vérités amères mais je vous assure que je veux vous les communiquer non en adversaire mais bien en ami.

[…]

Le déclin du courage

Pour un observateur extérieur, le déclin du courage est sans doute de nos jours le trait le plus marquant de l’Occident. Le monde occidental a perdu son courage civique, dans son ensemble mais aussi individuellement, dans chaque pays, chaque gouvernement  et bien entendu aux Nations Unies.

Un tel déclin du courage est particulièrement observable chez les classes dominantes et l’élite intellectuelle, donnant l’impression d’une perte de courage dans l’ensemble de la société. Bien entendu, il existe un grand nombre de gens courageux mais ils n’exercent pas d’influence décisive sur la vie publique. Les bureaucrates, qu’ils soient des politiques ou des intellectuels, montrent à quel point ils sont dépressifs, passifs et perplexes par leurs actions comme par leurs déclarations et d’autant plus quand ils essaient d’expliquer sur le plan théorique pourquoi il est réaliste, raisonnable et même moralement justifié de fonder les politiques publiques sur la faiblesse et la lâcheté. Et ce déclin du courage est paradoxalement encore rendu plus manifeste lorsque les mêmes bureaucrates se montrent occasionnellement furieux et inflexibles à l’encontre de gouvernements et de pays faibles que personne ne soutient ou avec des courants politiques qui ne peuvent offrir aucune résistance alors qu’ils restent muets et paralysés quand ils traitent avec des gouvernements puissants, des forces menaçantes, des agresseurs et des terroristes internationaux.

Faut-il souligner que depuis l’antiquité, le déclin du courage a toujours été considéré comme le signe avant-coureur de la fin ?

Bien Être

Lors de la création des états modernes occidentaux, le principe suivant fut posé : les gouvernements sont établis pour servir l’homme et lui permettre de rechercher librement le bonheur (voir, par exemple la déclaration américaine d’indépendance). Quatre décennies de progrès techniques et sociaux ont permis la création d’un système susceptible de satisfaire ses aspirations : l’État-providence. Chaque citoyen reçut la liberté désirée et des biens matériels si nombreux en quantité comme en qualité, qu’en théorie, le bonheur, au sens inférieur du terme tel qu’il s’est imposé durant ces décennies, était pour ainsi dire garanti.

Au cours de cette évolution, un détail psychologique a cependant été négligé : le désir constant de posséder de plus en plus de biens matériels, celui de mener une vie toujours meilleure  et la lutte pour obtenir  toutes ces choses imprime sur les visages occidentaux les marques de l’anxiété et de la dépression, bien qu’il soit courant de cacher de tels sentiments. Cette concurrence active et intense finit par dominer toutes les pensées humaines sans ouvrir la voie à un développement spirituel libre.

L’indépendance de l’individu vis-à-vis de toute pression exercée par l’État a été garantie, la majorité des gens ont atteint un niveau de bien être dont leurs pères et leurs grands-pères ne pouvaient à peine rêver ; il est désormais possible d’élever des jeunes gens selon de tels idéaux, de les conduire à l’épanouissement physique, au bonheur, à la possession de biens matériels, à l’argent et au loisir jusqu’à une liberté quasi-illimitée dans le choix des plaisirs. Qui serait prêt à renoncer à tout cela ? Pourquoi devrions-nous risquer notre si précieuse vie pour défendre des valeurs communes et particulièrement dans des cas aussi vagues où la sécurité de notre nation doit être défendue dans un pays lointain ?

Même la biologie nous enseigne qu’un niveau extrême de sécurité et de confort n’est pas bon pour l’organisme. Aujourd’hui, le bien-être dans les sociétés occidentales commence à ôter son masque trompeur pour montrer son vrai visage.

Une vie selon la lettre de la loi

La société occidentale s’est donnée l’organisation la mieux adaptée à ses fins, une société fondée, je dirais, sur la lettre de la loi. Les limites des droits de l’homme et de ce qui est considéré comme juste sont déterminés par un système de lois ; ces limites sont très flexibles. Les gens de l’Ouest ont acquis une habileté considérable pour utiliser, interpréter et manipuler la loi, bien que, paradoxalement,  les lois soient devenues trop compliquées à comprendre pour l’individu moyen sans l’aide d’un expert.

Tout conflit se trouve résolu par le recours à la lettre de la loi qui est considérée comme le fin mot de tout. Si quelqu’un a raison du point de vue légal, plus rien d’autre n’est requis, personne ne mentionnera que ce qui est légal n’est pas forcément ce qui est juste, qu’il est possible de se restreindre, de renoncer volontairement à certains droits, de prendre des risques et de se sacrifier de façon désintéressée : cela semblerait absurde. On ne voit plus personne se restreindre de façon volontaire. Chacun fonctionne à la limite extrême du cadre légal.

Une compagnie pétrolière n’a rien à se reprocher, légalement parlant, si elle acquiert l’invention d’une nouvelle source d’énergie afin de l’empêcher d’être utilisée. Une entreprise agroalimentaire n’a rien à se reprocher, légalement parlant, quand elle empoisonne ses produits pour qu’ils se conservent plus longtemps. Après tout, les gens sont libres de ne plus les acheter.

J’ai vécu toute mon existence sous un régime communiste et je peux vous dire qu’une société sans référent légal objectif est une chose  particulièrement terrible. Mais une société qui ne connaît rien d’autre que la référence légale n’est pas non plus digne de l’Homme. Une société qui n’est fondée que sur la lettre de la loi et qui ne cherche pas à viser plus haut ne tire pas le meilleur parti des immenses capacités humaines. La lettre de la loi est trop formelle et trop détachée pour avoir une influence bénéfique sur la société. Partout où la toile de l’existence est tissée par le fil de relations légales, il y règne une atmosphère de médiocrité morale qui paralyse les instincts les plus nobles de l’être humain.

La logique de la liberté

Dans la société occidentale actuelle, il existe une inégalité entre la liberté d’accomplir des bonnes actions et la liberté d’en accomplir de mauvaises. Un homme d’État qui souhaite  accomplir quelque chose d’important et de hautement constructif pour son pays doit avancer de façon prudente et même timide, il se trouve en effet très vite assailli par une myriade de critiques hâtives et irresponsables tandis que le parlement et la presse ne cessent de le critiquer. A chaque pas, il doit prouver que sa décision est la meilleure et qu’elle ne comporte absolument aucun défaut. En réalité, un homme exceptionnel et de grande valeur, qui aurait en tête des projets inhabituels et inattendus, n’a aucune chance de s’imposer : d’emblée mille pièges lui seront tendus. Ainsi, la médiocrité triomphe sous le masque des contraintes démocratiques.

Il est aisé en tout lieu de saper le pouvoir administratif et de fait, il a été considérablement amoindri dans les pays occidentaux. La défense des droits individuels a atteint de tels extrêmes qu’elle rend la société impuissante devant certains individus. Il est temps que l’Ouest cesse de tant défendre les droits de l’homme pour se concentrer sur ses devoirs.

Une liberté irresponsable et destructrice s’est vue accorder un espace sans limite. La société semble ne plus avoir que des défenses infimes à opposer aux abîmes de la décadence humaine comme par exemple lorsqu’au nom de la liberté, elle inflige une violence morale à la jeunesse  en autorisant des films plein de pornographie, de crime et d’horreur. Cela est considéré comme faisant partie de la liberté et se trouve, en théorie, contrebalancé par le droit des jeunes gens à ne pas regarder ou ne pas accepter de tels programmes. La vie, organisée sur une base légale, a ainsi démontré son incapacité à se défendre contre la corruption du Mal.

Et que dire de tout ce qui touche à la criminalité. Les cadres légaux, particulièrement aux États-Unis, sont suffisamment larges pour encourager non seulement la liberté individuelle mais aussi certains crimes individuels. Le coupable peut échapper à son châtiment et même bénéficier d’une clémence indue grâce au soutien de milliers de personnes parmi le public. Dès que le gouvernement commence à combattre de façon vigoureuse le terrorisme, l’opinion publique l’accuse immédiatement de violer les droits des terroristes. Il existe un grand nombre de tels cas.

Le basculement de la liberté au profit du mal s’est fait de façon graduelle et cette évolution est née de toute évidence à partir  de l’idée humaniste et bienveillante selon laquelle le mal n’est pas inhérent à la nature humaine. Selon cette doctrine, l’homme serait la mesure de toute chose et les défauts de l’existence trouveraient leur cause dans le mauvais fonctionnement de systèmes sociaux qu’il faudrait réparer. Étrangement, bien que ce soit à l’Ouest que l’on trouve les meilleurs systèmes sociaux, la criminalité y existe toujours et elle est même plus importante que dans le système soviétique où règne aussi bien la misère que l’arbitraire (il y a dans nos camps un grand nombre de gens considérés comme des criminels mais qui n’ont en réalité commis aucun crime, ils ont simplement essayé de se défendre contre l’arbitraire de l’État en utilisant des moyens situés hors du cadre légal).

La logique de la presse

La presse, bien entendu, jouit également de la plus grande liberté. (J’utiliserai le mot « presse » pour désigner l’ensemble des médias). Mais quel usage en fait-elle ?

Une fois de plus, la principale préoccupation est de rester fidèle à la lettre de loi.

Aucune responsabilité morale n’est engagée en cas de déformation ou de disproportion.

Quelle est la responsabilité du journaliste envers ses lecteurs ou envers l’Histoire ?

Au cas où il aurait trompé l’opinion publique ou le gouvernement en publiant des informations incorrectes ou de fausses conclusions, avons-nous été témoins de la reconnaissance et de la rectification de ces erreurs par le journaliste ou son journal ?

Non, cela n’arrive pas parce que cela serait mauvais pour les ventes. Une nation peut être victime de telles erreurs mais le journaliste s’en sort toujours. On peut d’ailleurs être assuré qu’il écrira le contraire de ce qu’il disait auparavant sans pour autant perdre de son assurance.

Parce qu’il faut fournir une information crédible et immédiate, il est nécessaire de faire appel aux extrapolations, à la rumeur et aux suppositions pour combler les vides et aucune de ces informations partielles ne sera jamais rectifiée, elles resteront imprimées dans l’esprit du lecteur. Combien de jugements hâtifs, immatures, superficiels et trompeurs sont ainsi publiés chaque jour, entraînant la confusion du lecteur sans jamais être rectifiés ?

La presse peut à la fois stimuler l’opinion publique et mal l’éduquer.

Nous pouvons voir ainsi des terroristes traités comme des héros ou des secrets liés à la défense du pays étalés sur la place publique. Nous pouvons également être les témoins d’intrusions scandaleuses dans l’intimité de gens connus sous le prétexte que « tout le monde a le droit de tout savoir ». Mais c’est un slogan mensonger, caractéristique d’une époque mensongère. Les gens ont aussi le droit de ne pas savoir, de ne pas avoir leur âme divine remplie de ragots, d’absurdités et de propos superficiels. Voilà un slogan d’une plus grande valeur.

Quelqu’un qui travaille et mène une vie pleine de sens n’a pas besoin de s’encombrer l’esprit avec ce flux d’information.

La précipitation et la superficialité sont les maladies psychiques du XXe siècle et c’est dans la presse plus qu’ailleurs que cette maladie se manifeste. L’analyse de fond est anathème à la presse. Elle s’arrête au sensationnalisme et aux petites phrases.

Dans les faits, la presse est devenue le plus grand pouvoir au sein des nations occidentales, plus puissante que les pouvoirs législatifs, exécutifs et judiciaires.

Nous demandons alors : au nom de quelle loi ce pouvoir a-t-il été élu et devant qui est-il responsable ? Dans les pays communistes, au moins les choses sont claires : le journaliste est un agent officiel de l’État. Mais de qui les journalistes occidentaux ont-ils reçu leur pouvoir, pour combien de temps et avec quelles prérogatives ?

L’Occident a encore une surprise en réserve pour un habitant de l’Est habitué à une presse sous contrôle : ce dernier découvre peu à peu une uniformité de pensée dans la presse occidentale prise dans son ensemble. Les choses se passent ainsi : il existe des façons de penser acceptables et des intérêts économiques et commerciaux qui concourent non pas à susciter la concurrence mais l’uniformité. Il existe une immense liberté pour la presse mais non pour ses lecteurs car les journaux ne sélectionnent et ne promeuvent que les opinions qui ne vont pas trop à l’encontre de leur ligne ou de l’opinion générale.

Une idéologie à l’œuvre

En Occident, sans la moindre censure officielle, les pensées et les idées acceptables sont soigneusement séparées de celles qui ne le sont pas : rien n’est interdit mais tout ce qui n’est pas considéré comme acceptable ne sera jamais diffusé dans les revues, les livres ou enseigné dans les universités. D’un point de vue légal, vos chercheurs sont libres mais ils sont conditionnés par l’idéologie en vigueur.

 Contrairement à l’Est, la violence à l’Ouest n’est pas explicite.

Cependant, l’idéologie fixe un programme et l’information de masse standardisée empêche les esprits libres et indépendants de contribuer à la vie publique. Il se développe un esprit grégaire qui rend impossible tout développement. Aux États-Unis, j’ai reçu des lettres de gens très intelligents, par exemple de la part d’un enseignant d’une université de province qui pourrait contribuer à sauver et à renouveler spirituellement cette nation mais son pays ne peut pas l’entendre car les médias ne s’intéressent pas à lui. Cela conduit  à d’importants préjugés et à un aveuglement  très dangereux en cette époque de grandes mutations.   

[…]

Socialisme

Il est presque universellement reconnu que l’Occident représente un modèle de développement économique réussi, même si les dernières années ont été marquées par les ravages de l’inflation. Néanmoins, un grand nombre de gens vivant à l’Ouest sont mécontents de la société dans laquelle ils vivent. Ils la méprisent et l’accusent de ne pas être à la hauteur du niveau de maturité atteint par l’Humanité. Un grand nombre de ses critiques se tournent vers le socialisme, ce qui est une mauvaise et dangereuse solution.

 […]

Ayant fait personnellement l’expérience du socialisme dans un pays où il a été mis en œuvre, je n’ai absolument rien de bon à dire à ce sujet.

Un contre-modèle

Mais si quelqu’un me demandait si je présenterais l’Occident tel qu’il est aujourd’hui comme un modèle pour la Russie, en toute franchise, je répondrais par la négative. Non, je ne pourrais pas recommander votre société dans son état actuel comme un modèle auquel la mienne pourrait aspirer. Grâce à d’intenses souffrances, mon pays a atteint un niveau de développement spirituel d’une telle intensité que le système occidental dans son état de délabrement spirituel n’est absolument pas attirant. Tous les caractéristiques de votre existence que je viens d’évoquer sont extrêmement déprimantes.

Il est impossible de nier que les habitants de l’Ouest deviennent de plus en plus faibles alors que ceux de l’Est deviennent de plus en plus forts. Six décennies pour la Russie et trois décennies pour les pays de l’Est : durant tout ce temps, nous avons reçu  un entraînement spirituel bien plus avancé que celui reçu par l’Ouest.  La complexité de la vie et le poids de la mort ont produit des personnalités bien plus fortes, profondes et intéressantes que celles produites par le bien-être standardisé européen. Par conséquent, si notre société se transformait pour devenir la vôtre cela signifierait que certains aspects se trouveraient améliorés mais aussi que les choses évolueraient en pire sur des points absolument cruciaux.

Il est vrai, comme c’est le cas dans mon pays, qu’une société ne peut pas demeurer trop longtemps soumise au cauchemar de l’arbitraire mais ce serait tout autant un abaissement que d’opter pour le même système légaliste et bien rôdé en vigueur chez vous. Après des décennies de souffrance, de violence et d’oppression, l’âme humaine aspire à des choses plus hautes, plus belles et plus pures que celles offertes par la consommation de masse introduite par la dégoûtante invasion de la publicité, l’abrutissement télévisuel et cette intolérable musique.

Tout cela apparaît comme une évidence à un grand nombre d’observateurs sur cette planète : le mode de vie occidental s’impose de moins en moins comme une référence.

L’Histoire envoie toujours aux sociétés en péril des signaux d’alerte qu’il faut savoir décoder  comme par exemple la décadence de l’art ou l’absence de véritables hommes d’État. Certains signes sont encore plus évidents à interpréter : il suffit que le cœur de votre démocratie et de votre culture soit privé d’électricité pendant  seulement quelques heures et voilà que des hordes de citoyens américains commencent à se livrer au pillage et à semer le chaos. Cela signifie que le vernis social doit être bien fin et que la société est en réalité instable et malade.

Mais le combat pour notre planète, physique et spirituel, un combat aux proportions cosmiques, n’est pas pour un futur lointain ; il a déjà commencé. Les forces du Mal ont commencé leur offensive décisive. Vous sentez déjà la pression qu’elles exercent, et pourtant, vos écrans et vos écrits sont pleins de sourires sur commande et de verres levés. Pourquoi toute cette joie?

[…]

La pensée occidentale est devenue conservatrice: le monde doit rester tel qu’il est, rien ne doit changer. Ce rêve lénifiant du statu quo est le symptôme d’une société qui est arrivé au bout de son développement.

[…]

Face à un tel danger, forts d’un tel héritage, avec une telle liberté et une telle célébration permanente de la liberté, comment est-il possible de perdre à un tel point la volonté de se défendre ?

L’Humanisme et ses conséquences

Comment cette évolution défavorable a-t-elle pu avoir lieu? Comment l’Occident a-t-il connu un tel déclin, passant d’une marche triomphale à sa déliquescence actuelle ? Y a-t-il eu des virages manqués, un cap perdu durant son évolution ? Cela ne semble pas être le cas.

L’Occident a poursuivi sa progression sociale en accord avec ses premières intentions et aidé par un progrès technologique remarquable. Et tout à coup, le voilà qui se retrouve dans son état actuel de faiblesse.

Cela signifie que l’erreur doit se trouver à la racine, aux fondements mêmes de la pensée qui gouverne l’Occident depuis des siècles. Je veux faire référence à la vision occidentale dominante  née durant la Renaissance et qui trouva son expression politique durant la période des Lumières. Cette vision, que l’on peut qualifier d’humanisme rationaliste et qui proclame l’autonomie de l’Homme vis-à-vis de toute puissance supérieure, elle pourrait également être appelée anthropocentrisme car elle place l’Homme au centre de tout ce qui existe, devint la base de toute conception politique et sociale.

[…]

Nous devons désormais assumer les conséquences d’erreurs que nous n’avions pas remarquées au moment où nous nous sommes engagés sur ce chemin. De la Renaissance jusqu’à aujourd’hui, nous avons enrichi notre expérience mais nous perdu l’idée d’une Entité Suprême et Absolue qui posait une limite à nos passions et à notre irresponsabilité.

Nous avons placé trop d’espoirs dans les réformes politiques et sociales pour découvrir que nous nous étions privés de notre bien le plus précieux : notre vie spirituelle.

A l’Est, elle est détruite par les actions et les machinations du parti unique. A l’Ouest, elle est étouffée par les intérêts commerciaux. Voilà la véritable crise. Ce fossé qui sépare le monde est en réalité moins terrible que la similarité des maux qui affligent chacun de ses pôles.

Si l’humanisme avait raison d’affirmer que l’Homme est né pour être heureux, celui-ci ne viendrait pas au monde pour y mourir. Puisque son corps est condamné à disparaître sa mission sur terre est de toute évidence d’une nature plus spirituelle.

Cette mission ne peut pas être la poursuite illimitée des plaisirs de la vie. Elle ne peut pas être la  recherche des meilleurs moyens d’obtenir des biens matériels et de profiter au maximum de ces derniers. Cela doit être l’accomplissement permanent, sincère et honnête de son devoir  de façon à ce que la vie de chacun  soit un chemin vers le progrès moral et que chacun quitte cette vie en étant un meilleur être humain qu’il ne l’était en la commençant.

Il est impératif de réévaluer l’échelle de nos valeurs humaines. Son déséquilibre actuel est effarant. Il n’est pas possible que l’évaluation de la performance du Président soit réduite à combien nous gagnons par mois ou à notre capacité à pouvoir faire sans problème le plein de notre voiture. Seule la modération volontaire et inspirée peut permettre à l’homme de s’élever au-dessus du flot mondial du matérialisme. 

Cela serait une régression que de nous attacher aujourd’hui aux principes fossilisés des Lumières.

Le dogmatisme social nous laisse impuissant face aux défis de l’époque.

Si la destruction par la guerre nous est épargnée, nos vies devront changer si nous voulons les sauver de l’autodestruction. Nous ne pouvons plus faire l’économie d’une remise en cause des principes fondamentaux de la vie et de la société humaine.

Est-il vrai que l’Homme est au-dessus de tout ? N’y a-t-il aucune force supérieure au-dessus de lui ? Est-il bon que la vie de l’homme et les activités de la société soient déterminées en premier lieu par l’expansion matérielle ? Est-il acceptable de promouvoir une telle expansion au détriment de notre intégrité spirituelle ?

Si le monde ne touche pas à sa fin, il est en train d’approcher une phase de transition aussi importante que celle qui marqua le passage du Moyen-Age à la Renaissance. Elle exigera de nous un sursaut spirituel : nous devons nous élever à une nouvelle hauteur, à un niveau d’existence où notre nature physique ne sera pas aussi maudite que durant le Moyen-Age mais surtout, où notre être spirituel ne sera pas aussi piétiné que durant la période Moderne.

Cette ascension équivaut à franchir une nouvelle étape de l’évolution humaine.  

Nous qui sommes sur cette terre n’avons plus d’autre chemin à prendre que celui qui nous élève.”

NB: Cet article ne fait pas partie du recueil l’Homme et la Cité