De l’illusion européenne

Malheur à vous, guides aveugles !

Matthieu 23:16

En ce début de XXIe siècle, il est surprenant de constater que les mondialistes, les baby-boomers et une partie la jeunesse identitaire ont en commun de vouloir sacrifier la Nation au profit de l’illusion européenne. A leurs yeux, les anciens États-nations constitueraient un cadre désormais obsolète et il serait vain, pour ne pas dire illusoire, de chercher à défendre la France et ses intérêts car l’avenir de notre pays ne pourrait passer que par son intégration au sein d’une « Grande Europe » qui respecterait la réalité des peuples et des nations pour les identitaires ou qui serait soumise au Nouvel Ordre Mondial pour les mondialistes.

Dans le cadre de cet article, nous laisserons de côté le projet mondialiste pour nous concentrer sur les arguments présentés par les européistes ainsi que de tous les Français qui défendent l’idée « d’Europe puissance ». Pour ces derniers, la France serait désormais trop petite pour espérer faire jeu égal avec des puissances telles que les États-Unis, la Chine ou encore la Russie et l’Europe constituerait le levier lui permettant d’atteindre la fameuse « masse critique ».

Pour les identitaires, face au danger d’un Grand Remplacement qui menace l’existence même des peuples européens, il serait temps de cesser nos querelles intestines et de surmonter nos égoïsmes nationaux pour présenter un front commun et défendre la civilisation européenne dans son ensemble. Enfin, parmi ceux qui défendent l’idée européenne, un grand nombre considère que la nation fut une invention du XIXe siècle qui fit beaucoup de mal aux peuples européens en les entraînant dans d’absurdes conflits fratricides d’où la nécessité de dépasser le cadre national pour recréer une unité européenne semblable à ce que put être la chrétienté au Moyen Âge.

Soyons clairs : le simple fait que ces idées et ces arguments puissent aujourd’hui être sérieusement considérés et défendus par des Français dont certains luttent avec courage pour la défense de notre peuple et de son identité suffit à prouver l’effondrement qu’a connu la France en tant que pays, en tant que puissance mais aussi en tant que projet. Dans une France fidèle à elle-même, de tels débats n’auraient aucune raison d’être tant il serait clair dans l’esprit de tous, à l’exception de quelques marginaux, que le devoir de tout Français est de défendre la France, « ce plus beau Royaume après celui du Ciel ».

Si nous croyons aujourd’hui nécessaire de dénoncer et de réfuter l’illusion européenne, c’est  d’une part parce qu’elle exerce actuellement une importante séduction sur l’esprit des jeunes gens et détourne une quantité importante de talents et d’énergie du combat pour le redressement national où ces derniers pourraient être utilement employés mais aussi parce que sa pénétration dans les esprits témoigne du succès de l’opération de propagande orchestrée depuis des décennies par les mondialistes avec pour objectif de détruire l’idée même d’État-nation pour aboutir à une « Europe des régions » dominée par des institutions supranationales.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, commençons par rappeler que loin d’être partagée par tous les peuples européens, cette passion pour tout ce qui est étranger ainsi que pour les grandes constructions politiques théoriques représente malheureusement une constante chez une grande partie des élites françaises. Au XIXe siècle, Chateaubriand constatait déjà que : « Le suprême bon ton était d’être américain à la ville, anglais à la cour, prussien à l’armée ; d’être tout, excepté français. » S’inscrivant dans cette vieille tradition, ceux qui aujourd’hui prônent l’Europe plutôt que la France sont les mêmes que ces philosophes des Lumières fascinés par l’Angleterre ou que cette jeunesse d’après-guerre envoûtée par l’URSS ou la Chine de Mao, tous ces adeptes de la « préférence étrangère » ayant en commun d’avoir toujours considéré avec morgue et dédain tous ceux qui, n’ayant visiblement rien compris  au « sens de l’Histoire », s’obstinent tant bien que mal à défendre de façon stricte et exclusive les intérêts de la nation et du peuple français.

À bien des égards, les européistes donnent raison à cette boutade de diplomate selon laquelle, il faut toujours nommer des Français à la direction des institutions internationales car ce sont les seuls qui mettent un point d’honneur à ne jamais défendre les intérêts de leur propre pays.

Plaisanterie mise à part, l’illusion européenne témoigne d’une certaine naïveté politique et d’une incapacité à tirer les leçons de plus de cinquante ans d’une construction européenne dont la France n’a cessé d’être l’éternelle cocue. Alors que notre pays avait en main toutes les cartes pour dominer l’espace européen : l’armée, la technologie, l’industrie, l’agriculture, l’emplacement géographique et le soft-power (culture et prestige), tous ces atouts ont été sacrifiés les uns après les autres au nom de « l’idée européenne » pour le plus grand profit de la puissance rivale qu’est l’Allemagne ou de divers intérêts privés.

Ainsi, l’arrivée au pouvoir d’européistes, même identitaires, représenterait une véritable catastrophe pour le pays, ceux-ci continuant de sacrifier les intérêts de la France au nom du « bien commun européen » tandis que nos partenaires, sidérés face à une telle naïveté, ne manqueraient pas de se frotter les mains et de continuer avec succès de défendre l’Europe en paroles et de préserver leurs intérêts nationaux en actes.

Après ce préambule, il est temps de nous attaquer à l’argument central des européistes : la notion de « masse critique ». Dans mon essai consacré à la densité informationnelle, j’ai amplement démontré la fausseté de cette approche purement quantitative. Au-delà de ces considérations théoriques, l’exemple concret d’Israël suffit à démontrer qu’un pays ou un peuple de taille modeste peut exercer une influence considérable sur les affaires du monde à condition de posséder une véritable volonté de puissance et de développer une doctrine stratégique lui permettant d’exercer une véritable influence à l’échelle internationale. Sur ce point, notons que tous les pays capables d’assumer un rôle de puissance mondiale ou régionale ont en commun de s’appuyer sur l’idée d’une « élection » de nature principalement  religieuse (Turquie, Iran, Arabie Saoudite, Russie) sur laquelle nous ne manquerons pas revenir.

Soulignons ensuite que cette obsession pour la « taille critique » constitue la marque d’une pensée moderne incapable de penser autrement qu’en termes quantitatifs et non qualitatifs. Sur ce point, il est amusant de constater que les Français européistes et identitaires ne semblent plus croire au génie du peuple qu’ils prétendent pourtant défendre. En effet, si le peuple français est vraiment un grand peuple alors 50 millions de Français peuvent facilement tenir tête à l’Europe entière, voire au reste du monde et c’est d’ailleurs ce que fit notre pays durant la majeure partie de son histoire. Au-delà du changement de peuple induit par l’immigration de masse, ce qui a changé depuis, c’est surtout la perception que les Français ont d’eux-mêmes, leur croyance en la capacité de la France de n’être qu’elle-même qu’au premier rang (De Gaulle) et surtout la rupture du modèle politico-religieux qui avait rendu possible sa prééminence.

Pour finir, défendre l’idée européenne au nom de la « masse critique » témoigne d’une incompréhension des vrais enjeux du XXIe siècle et d’une tendance, là encore bien française, à s’obstiner à refaire la dernière guerre plutôt que se préparer à la réalité de celle qui vient. En effet, si, comme l’avait compris Napoléon, le XIXe et le XXe siècles furent ceux de la masse et des empires, nous nous trouvons aujourd’hui dans un monde en contractionl‘avenir n’appartient pas aux immenses constructions condamnées à s’effondrer sous leur propre poids mais à un retour à l’échelle locale et à un monde dominé par des puissances régionales de taille moyenne capable d’offrir de la stabilité dans un monde en plein chaos et de proposer l’adhésion à un récit national, identitaire et religieux aussi fort que structuré. Comprendre cela, c’est comprendre pourquoi chercher à intégrer la France dans un nouvel « empire européen » revient en réalité à vouloir devenir membre du club des dinosaures à la veille de leur extinction.

Pour finir, l’adhésion à l’idée européenne prouve, et c’est sans doute là le plus grave, que les européistes sont en réalité de purs modernes qui, d’une part, s’appuient sur les mêmes présupposés philosophiques que ceux qu’ils prétendent combattre et qui, d’autre part, n’ont absolument rien compris à l’essence de la France ainsi qu’à la source de son génie et de sa grandeur.

Commençons par rappeler que s’il existe au monde un pays qui peut prétendre être une nation, c’est bien la France et que la construction de cette nation fut l’œuvre patiente des rois de France parachevée dans les conditions que l’on sait par la Révolution Française. Le caractère précoce à la fois de l’État et du sentiment national fut ce qui permit à la France de dominer pendant des siècles un espace européen morcelé en une multitude de principautés trop faibles pour pouvoir s’opposer efficacement à une puissance étatique et nationale. L’immense stratège que fut Bismarck ne s’y trompa pas et entreprit de forger la nation allemande autour de la Prusse, offrant ainsi à ce pays la place de nouvelle puissance dominante de l’espace européen.

Mais surtout ce qui échappe aux esprits européistes possédés par le rationalisme et le matérialisme moderne, c’est qu’un pays, un peuple, une nation, c’est bien plus qu’un PIB ou une masse, c’est une transcendance, une idée et une mission.

Comme je l’ai écrit dans « Être Français», tous les grands peuples du monde, passés ou présents, possèdent des caractéristiques communes :

1-croire en quelque chose qui les dépasse, une « élection » venant justifier leur prétention à la puissance, qu’il s’agisse de la « destinée manifeste » des États-Unis, de l’assurance d’être le « peuple élu » pour Israël, d’être la « Troisième Rome » pour Moscou ou « l’empire au centre du monde » pour les Chinois.

2-d’avoir su préserver, au moins en partie, une pensée traditionnelle qui se caractérise entre autres par le règne de la qualité sur la quantité, par le primat du spirituel sur le matériel et la défense de certaines vérités éternelles et immuables et cela indépendamment de leur niveau de développement industriel ou technologique.

Or avec la Révolution et les Lumières, le peuple français a purement et simplement liquidé cet esprit traditionnel, adoptant au nom du « Progrès»  et de la «Raison», le rationalisme le plus stérilisateur et le plus étroit rendant ainsi inaccessibles au peuple français les raisons historiques de sa force et les causes profondes de sa grandeur.

Un Français de 2021 est-il encore capable de comprendre qu’en 496, lors du baptême de Clovis, une alliance fut conclue entre Dieu et le peuple des Francs, c’est-à-dire les Français ? Cette nouvelle alliance venue remplacer l’ancienne faisait du peuple français le nouveau peuple élu, de Paris, la nouvelle Jérusalem et du Roi de France, le lieutenant de Dieu sur terre.

Si la France put dominer pendant des siècles l’Europe et exercer une telle influence sur les peuples européens, c’est parce qu’elle fut la fille aînée de l’Église, qu’elle fut dirigée par des rois très chrétiens et que le peuple français reçut la grâce et les bienfaits réservés à tout peuple élu resté fidèle à son serment. Or, cette alliance avec Dieu fut rompue en 1789 par la Révolution Française, un évènement cataclysmique dont le peuple français ne cesse depuis deux siècles de subir et payer les conséquences. Comme l’écrivait Joseph de Maistre dès 1797 : « Puisque la France s’est servie de son influence pour contredire sa vocation et démoraliser l’Europe, il ne faut pas être étonnée qu’elle y soit ramenée par des moyens terribles. »

Depuis que le peuple français s’est détourné de Dieu et a rejeté cette alliance, la France n’a cessé d’aller de crises en crises et de défaites en défaites au point de voir aujourd’hui son peuple menacé de mort, le pays vendu à la découpe et les Français de connaître le sort humiliant des populations vaincues, occupées et soumises. Or, au lieu de comprendre que seul le rétablissement de l’Alliance avec Dieu permettrait de sauver la France, les européistes persistent et même aggravent l’erreur des révolutionnaires en demandant au peuple élu de renoncer à son élection et à son destin pour accepter de se dissoudre dans une « grande Europe » quand bien même fusse-t-elle celle des peuples et des nations.

Pour le peuple français et pour la France il n’existe en réalité que deux chemins possibles :

-reconnaître que le peuple français est le peuple de la Nouvelle Alliance avec Dieu et que cette alliance aujourd’hui rompue doit être renouée afin que la fille aînée de l’Église redevienne fidèle à la promesse de son baptême.

-admettre que le peuple français n’a rien de spécial, qu’il n’a reçu de Dieu aucune mission particulière et qu’à ce titre, rien ne justifie réellement l’existence de la France, ni même son statut de grande puissance.

En réalité, ce qui conduit tant que de Français vers l’illusion européenne, c’est l’absence de Dieu. Sans Dieu, impossible de comprendre l’élection du peuple français, béni entre tous les peuples et dès lors comment comprendre la grandeur de la France mais aussi son mystère  ?

À tous les européistes, je dis : à travers l’Europe, vous adorez une idole et cette idole vous empêche de comprendre cette simple vérité : pour sauver l’Europe, il faut commencer par servir la France car qui sert la France fait l’œuvre de Dieu.

À tous les souverainistes, je dis : la souveraineté sans le Christ ne peut exister en France.

Si tous les talents français, aujourd’hui mobilisés pour défendre et célébrer « la civilisation européenne » décidaient de renoncer à cette chimère pour se mettre au service de la France et son peuple leur récompense serait grande à la fois sur terre mais aussi dans les cieux. Quant à ceux qui s’obstineraient à persister dans l’illusion européiste ou dans le souverainisme athée nous ne pouvons que les inviter à méditer sur les sages paroles du prophète Osée :

Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce; puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j’oublierai aussi tes enfants. (Osée 4:6)

Pour aller plus loin :

De la défaite des conservateurs

De l’anthropologie politique

De la révolution française

De la religion de l’Homme

La France Retrouvée

Leave a Reply