UERSS

Le terrible secret de tout conflit est que le vainqueur finit souvent par devenir l’ennemi qu’il a combattu.

En 1989, les démocraties libérales triomphaient du communisme.

Vingt ans plus tard, elles sont devenues le totalitarisme qu’elles ont vaincu.

Excessif ? Caricatural ?

Faisons l’inventaire:

-Pouvoir exercé par une nomenklatura incompétente et corrompue apparaissant aux yeux du peuple comme de plus en plus illégitime

-Organisations de plus en plus bureaucratiques et tentaculaires cherchant à réglementer chaque aspect de la vie du citoyen sans que ce dernier ne puisse avoir de véritables prises sur elles

-Médias aux ordres du pouvoir, défendant systématiquement, parfois au mépris de l’évidence ou de la logique, la ligne du parti

-Sélection et accès aux responsabilités fondés non pas sur la compétence ou le sens l’intérêt général mais sur la loyauté et la pureté idéologique, le « progressisme » ayant remplacé le marxisme-léninisme

-Intelligentsia subventionnée par le système qui a remplacé l’éloge du prolétariat par celui du métissage et du vivre-ensemble et la dénonciation de la « bourgeoisie » par celle du  « populisme »

-Chasse aux dissidents menée par les pouvoirs politiques, médiatiques et judiciaires allant jusqu’à une violente répression policière dans le cas des gilets jaunes

-Pouvoir qui plutôt que de reconnaître ses erreurs et de se remettre en cause, renforce la répression, pratique le déni et accélère la tendance

Illégitimes, inefficaces et construits sur des fondations branlantes, de tels régimes finissent toujours par s’effondrer. Le mur du « progressisme » tombera comme est tombé celui de Berlin.

Leave a Reply