Des blessures des guerres de l’information

Article publié le 26 avril 2022 par Martin Geddes sous le titre « The injuries of information warfare ».

Traduit de l’anglais par Stanislas Berton

Ces derniers temps, j’ai beaucoup réfléchi à la nature de la guerre de l’information, une guerre qui recouvre la psychologie, l’intelligence artificielle, le contrôle mental, l’ingénierie sociale, le transhumanisme et les armes bactériologiques. Ma propre réalité intérieure est une « vérité absolue » à laquelle j’ai accès et dont je peux parler. Tandis que les années de cette guerre défilent, je constate que l’exposition au domaine virtuel a produit en moi des changements. J’espère que parler de ces blessures permettra de rendre légitimes les souffrances invisibles et muettes que ressentent d’autres personnes que moi.

Nous comprenons l’héroïsme de la guerre conventionnelle et la détermination dont il a fallu faire preuve pour endurer des bombardements comme le Blitz sur Londres durant la Seconde Guerre Mondiale. Tout le monde savait qu’il s’agissait d’une véritable guerre, même si un petit nombre de gens pouvaient manifester un désaccord sur sa nécessité ou ses vertus. La guerre actuelle est d’une toute autre nature : c’est une guerre contre et sur « l’opinion publique ». La guerre fait rage tant que suffisamment de gens ne croient pas qu’il y a une guerre et pensent que les autres gens ne croient pas non plus qu’il y a une guerre. La suppression de l’information qui révèle la véritable guerre est figurative.

J’ai été victime d’attitudes odieuses de la part de gens que je respectais et en qui j’avais auparavant confiance et qui semblent justifier leurs actions par le fait que toute personne qui a conscience de  la guerre de subversion en cours doit être considéré comme fou. Dans la sphère professionnelle, j’ai été désavoué par les « experts » de l’industrie de la tech [NdT : Martin Geddes est un professionnel mondialement reconnu des télécoms. Il occupa notamment le poste de directeur du département « Innovation et design » chez British Telecom]. Ce sont de parfaits hypocrites qui prétendent défendre la liberté d’expression et la diversité des points de vue tout en manifestant activement leur enthousiasme quand des gens comme moi se voient privés de leurs libertés. De la même manière, j’ai connu de douloureuses trahisons au sein de ma propre famille.

Le monde physique est rempli de zombies masqués et aux regards vides, de muselières abandonnées sur les trottoirs et de publicités empoisonnant l’atmosphère avec de la peur. Certains de mes amis ont injecté des potions toxiques à leurs enfants tout en considérant ceux qui refusaient le sacrement de l’Église du Covid comme d’irresponsables dégénérés. Quand je me retrouve en leur compagnie, je dois m’efforcer de limiter ma conversation à des banalités ; quand je me tiens à distance, je nourris le soupçon d’avoir rejoint un mouvement sectaire. Les temps sont durs.

Peu de choses peuvent rivaliser avec l’horreur de la mutilation génétique des enfants via le viol par aiguilles. Et parce qu’il est clinique dans son exécution, ce viol vous prive de ses manifestations habituelles et visibles que sont les cris et la violence. Mon livre censuré décrit le Coronagate comme le scandale des scandales et le temps a prouvé l’exactitude de mes affirmations. Pendant ce temps, d’après l’analyse réalisée par The Expose des données officielles du gouvernement britannique, les enfants « double vaccinés » meurent cinquante fois plus vite que les non-vaccinés (on ne parle pas des non-lobotomisés ou de non-amputés, il y a donc un subtil effet d’ancrage à l’œuvre ici).

La censure ne se limite pas à la suppression d’informations importantes et vitales. Ce n’est pas non plus une simple « Nuit de Cristal » où  les vitrines virtuelles des patriotes seraient cassées. Cela revient plutôt à assister à l’assassinat d’enfants, à l’abri des regards, sans pouvoir agir pour les sauver. À ce sujet, mes propres filles ont été mises en danger parce que des membres de ma famille ont préféré la propagande des médias à la réalité censurée. C’est dans ce contexte que doivent être comprises les blessures de la troisième guerre mondiale. Les soldats de la première guerre avaient connu l’horreur de la guerre des tranchées et des attaques au gaz mais ils n’avaient pas été forcés d’assister au massacre de leurs enfants avec la complicité de leurs familles, tout en étant accusés d’être des « complotistes » pour avoir identifié les criminels s’en prenant aux innocents. Les cercueils taille-enfant et les parents endeuillés sont une réalité, même si mon clavier ne baigne pas dans le sang.

Une telle barbarie demande un peu de travail pour être détectée mais une fois que vous en avez pris conscience, vous ne pouvez plus revenir en arrière. Voici les différents types de blessures de guerre que j’ai remarquées dans le cadre de cette guerre bio-informatique qui est, à ma connaissance, sans équivalent dans l’Histoire.

La première d’entre elles est la « blessure de concentration » qui est l’équivalent mental du « pied de tranchée ». Les réseaux sociaux nous exposent à une succession infinie d’informations en format court que nous devons utiliser pour prendre des décisions. J’ai constaté une fatigue et une difficulté grandissantes à me concentrer sur des formats plus longs. Comme si mon esprit avait été entraîné à consommer l’information par petites tranches et rien de plus. Regarder des vidéos ou lire des livres représente un défi car cela impose de rester concentré sur une plus longue période. Je suis très fort pour utiliser les réseaux sociaux mais cela a un coût !

La deuxième est la « blessure de l’injustice ». Nous sommes dans une guerre de la persuasion et si vous voulez produire quelque chose de valeur, cela vous impose d’être à la fois ouvert et vulnérable. La plupart des poètes de la première guerre mondiale ont écrit après être revenus du champ de bataille ; à l’inverse, nous devons créer alors que nos propres familles sont bombardées par des mensonges mortels jour après jour. Je mets toute mon âme dans mon travail et le fait d’être censuré, sans que cela ne donne lieu à aucune réaction ou manifestation de soutien, me fait du mal. Rester sur le champ de bataille exige de surmonter le réflexe naturel de chercher à le quitter afin d’éviter d’être davantage blessé.

Nous autres soldats de l’information sommes confrontés à des informations profondément malsaines: viols d’enfants, armes psychotoniques, nanotechnologies cauchemardesques, cannibalisme, trahison, esclavage, empoisonnements de masse, massacre des innocents, lâchage par ceux en qui nous avions le plus confiance, techniques de manipulation mentale au sein du foyer, etc…Au fil du temps se développe une « aversion pour la blessure » : je cherche à passer de moins en moins de temps en ligne et de plus en plus de temps « hors ligne » et au contact de la nature. Rester dans la lutte me demande de plus en plus d’efforts. C’est pour cela que hier, j’ai eu autant de mal à écrire cet article, mon inspiration était bloquée par mes propres traumatismes.

La nature insidieuse de cette guerre signifie qu’il n’existe pas de distinction entre le champ de bataille et la vie de tous les jours. De plus, les mêmes compétences, sur-sollicitées, doivent être utilisées dans d’autres contextes. Par exemple, j’ai beaucoup de mal à trier et à mettre en ligne les photos dont j’ai besoin pour faire tourner mon studio d’impression photo et gagner honnêtement ma vie. Pour la bonne raison que l’autiste surmené que je suis doit s’appuyer dans les deux cas sur les mêmes compétences organisationnelles et que je n’ai plus accès à mes canaux marketing habituels. Voilà un exemple de « blessure d’enveloppement » de cette guerre de l’information hors limites.

Beaucoup d’entre nous souffrent d’une « blessure d’aliénation » après avoir réalisé que beaucoup de nos vieux amis n’étaient pas de vrais amis. Ceux qui souhaitent vivre dans le mensonge veulent définir par eux-mêmes ce qui est juste et vrai, cherchant ainsi à occuper la place réservée à Dieu. Nous avons beaucoup de mal à établir une intimité spirituelle ou affective dans notre environnement proche. Tandis que nos amants, nos enfants et nos collègues règlent leurs vies selon des principes spirituels dangereux ou diaboliques, ils deviennent peu à peu pour nous des étrangers. Notre environnement social devient de plus en plus virtuel mais cela n’est pas toujours bon pour nous de nous trouver dans un environnement immatériel et impalpable.

Le dernier type de blessure que je voudrais mentionner est la “blessure d’isolation”. Les guerriers de l’information peuvent avoir le sentiment que leur travail est de seconde-classe ou sans importance car il lui manque le « bang, bang » des armes. Cependant, la guerre psychologie est barbare et aussi exigeante que le programme d’entrainement des forces spéciales. Continuer malgré l’épuisement physique, ce dont j’ai pu faire l’expérience en faisant de l’aviron ou du trek, est à bien des égards plus facile que de subir pendant des années la moquerie de vos pairs ou l’ostracisation sociale.

Ce qui me ramène au début de cet article : je voudrais conclure par quelques réflexions sur Twitter et l’avenir des réseaux sociaux. Mettre en évidence et corriger la malfaisance du tyran et propriétaire en place n’est pas suffisant. Nous devons reconnaître que la « cancel culture » conduit à la mort et que les «blessures des guerres de l’information » ne peuvent pas être dissociées des blessures physiques. La tâche qui nous attend est de repenser les réseaux sociaux pour que la violence en soit exclue et que la paix en soit le mode par défaut. Cela signifie rendre le pouvoir aux utilisateurs sur la participation au réseau et la présentation du contenu.

Note du traducteur:

Totalement inconnu en France, Martin Geddes, auteur de plusieurs livres, de dizaines d’essais et d’un travail colossal de réinformation sur les réseaux sociaux, est un des acteurs majeurs du Grand Réveil et l’un de ses plus grands intellectuels. C’est pour moi un honneur et une fierté d’avoir introduit son travail en France et de proposer des traductions de ses textes sur mon site. Tous les écrits de Martin Geddes, libres de droits et en accès libre, peuvent être consultés ici.

Pour aller plus loin:

Des bonnes questions

Dépasser Babylone

De la méta-arnaque

Du coup d’état numérique

Leave a Reply