Du “privilège blanc”

« On devrait gazer tous les blancs, cette sous-race »

Hafsa Haskar, vice-présidente du syndicat UNEF

Inscrite dans le cadre de la « théorie critique » développée par l’École de Francfort, la notion de « privilège blanc » dont la « théorie critique de la race » (Critical Race Theory ou CRT)  constitue l’expression contemporaine postule que chaque aspect des sociétés occidentales se trouve fondé sur un racisme ou sur une discrimination qui, faisant système, avantage les européens blancs sans qu’ils ne s’en rendent compte, contribuant ainsi à entretenir un racisme « systémique ». Face à un mal aussi profond, la seule solution serait de « déblanchiser », c’est-à-dire déconstruire ou tout simplement détruire, la civilisation occidentale.

D’après le militant communiste américain, Theodore W. Allen, le concept de « race blanche » fut inventé dans les plantations coloniales pour permettre aux travailleurs blancs de sentir supérieurs à leurs collègues noirs grâce à leur « privilège de la peau blanche ». Ce concept de « privilège blanc » fut ensuite repris en 1988 par la militante féministe et antiraciste Peggy McIntosh qui contribua à populariser le concept et à le diffuser dans les milieux radicaux et universitaires. Après plus de trente ans d’un travail de sape sans aucune véritable opposition, cette notion de «privilège blanc » se trouve désormais au cœur de la société américaine. Désormais, au grand dam de leurs parents, la Critical Race Theory est enseignée aux enfants des écoles privées les plus huppées du pays, les ingénieurs en recherche atomique du prestigieux laboratoire Sandia doivent suivre des stages pour « déconstruire leur privilège blanc » et les émeutes Black Lives Matter de l’été 2020 ont été défendues au nom de la « justice » et d’une nécessité de « réparation » par la quasi-totalité des élus démocrates.

En France, la notion de privilège blanc continue de faire son chemin et se voit même défendue au plus haut sommet de l’état, Emmanuel Macron ayant affirmé à plusieurs reprises que le « privilège blanc était un fait » et qu’il était temps de « déconstruire notre propre histoire ». Cette diffusion du concept au sein de la société française a pour conséquence directe la multiplication et la justification des revendications indigénistes portées, à titre d’exemples, par le comité « Justice pour Adama » ou la Ligue de Défense Noire ou bien, de façon plus diffuse, par l’augmentation, à l’Université, des conférences, ateliers ou manifestations déclarées « interdites aux blancs ».

Face à la banalisation rapide de cette notion totalement étrangère à la pensée ou à la tradition française, il est, dans un premier temps, nécessaire de comprendre que la notion de privilège blanc s’inscrit dans le cadre de cette guerre hors limites menée par les mondialistes aux peuples occidentaux. Dans cette guerre, les militants indigénistes ainsi les universitaires d’extrême-gauche  ne sont que des pions manipulés par des intérêts extérieurs qui les utilisent pour détruire de l’intérieur les nations, les peuples et leurs identités selon le processus classique de subversion parfaitement analysé par le transfuge du KGB et spécialiste du sujet, Yuri Bezmenov.

Sans surprise, plusieurs enquêtes ont révélé que le mouvement Black Lives Matter était en partie financé par la fondation Open Society de George Soros dont les stratégies d’influence via les ONG et la société civile sont parfaitement documentées. En France, l’analyse du CV d’Assa Traoré du comité « Justice pour Adama » a permis de découvrir que celle-ci était jusqu’à peu une employée de la fondation Rothschild, partageant un employeur avec Emmanuel Macron, ancien salarié de la banque du même nom.

Au-delà des revendications portées par les indigénistes et autres « décoloniaux », il est nécessaire de comprendre que cette notion de « privilège blanc » est utilisée de façon extrêmement perverse pour atteindre plusieurs objectifs dans le cadre de la guerre hors-limites menée aux peuples occidentaux

1-remettre en cause le fait que les occidentaux vivent dans des sociétés conçus par eux et pour eux et qu’à ce titre, il est normal que leurs normes et modes de fonctionnement s’imposent aux populations étrangères ou aux minorités.  Le concept de « privilège blanc » vise à transformer ce qui est normal en quelque chose de « problématique » et de justifier que la minorité impose ses lois et ses codes à une majorité dépeinte comme fondamentalement raciste et oppressive.

2- désamorcer la critique et les conséquences désastreuses du multiculturalisme et de l’immigration de masse sur les sociétés occidentales. La notion de privilège blanc permet ainsi de renverser la charge accusatoire : ce n’est pas l’implantation massive de populations étrangères issues d’une autre civilisation sur le sol européen qui pose problème mais bien ce «privilège blanc » source permanente d’injustice et de conflits.  Pour achever l’opération de verrouillage intellectuel, toute critique de la notion de « privilège blanc » est associée au « suprématisme blanc » ou au « racisme ».

3- organiser et justifier la discrimination envers les peuples occidentaux. Au nom de la lutte contre le « privilège blanc », les européens doivent accepter que les minorités ou les immigrés bénéficient de droits et de privilèges notamment dans l’accès à l’emploi, au logement, aux services publics, supérieurs à ceux des peuples historiques. Au nom de la lutte contre des privilèges considérés comme acquis par l’oppression, les blancs doivent désormais accepter et même approuver la discrimination dont ils font l’objet. Ainsi, la notion de privilège blanc contribue d’une part à détruire la notion historique de citoyenneté mais aussi de justifier la véritable discrimination dont les peuples historiques font l’objet.

Une fois de plus, nous voyons ici à l’œuvre la logique satanique des mondialistes qui vise à corrompre et à inverser toutes les valeurs: l’européen doit finir par se sentir coupable d’être ce qu’il est, coupable de vivre dans une société créée par et pour lui, coupable de ses réussites, de ses succès et de ses victoires et doit, pour surmonter son « privilège blanc », accepter  de céder la place à des étrangers pour devenir lui-même un étranger dans son propre pays !

Loin d’être un phénomène uniquement social ou politique, cette notion de « privilège blanc » et toutes les dérives auxquelles elle donne lieu constitue un phénomène d’essence fondamentalement religieuse. Comme l’a compris Joseph Bottum, la culture woke (progressiste) dans laquelle s’inscrit la lutte contre « le privilège blanc » s’apparente à une forme de post-protestantisme pour une société qui, croyant avoir rejeté le religieux, le ressuscite en réalité sous d’autres formes. Pour l’idéologie woke, être blanc, c’est être souillé par le péché originel, Joe Biden ayant d’ailleurs affirmé durant sa campagne que le “privilège blanc” était “une tâche sur l’âme de la Nation”.

Malheureusement, comme l’écrit Joseph Bottum, « nous avons maintenant une Église du Christ sans le Christ, cela veut dire qu’il n’y a pas de pardon possible». Or, sans le sacrifice du Christ, il ne reste plus que le péché et ce péché, dans un monde déchristianisé, ne peut être lavé que par des rituels expiatoires : genoux à terre, réparations excuses publiques mais aussi par des sacrifices. Comme nous l’avons montré dans plusieurs articles, le blanc représente aujourd’hui le bouc émissaire idéal et tous ceux qui défendent l’idée de privilège blanc doivent comprendre que cette idée ne peut que conduire au sacrifice total des blancs. Pour laver le monde de ses péchés, il faut que les blancs disparaissent.

Ce phénomène témoigne une fois de plus du retour du religieux le plus archaïque dans un monde qui aime se croire gouverné par la Raison et le Progrès mais aussi du danger mortel qui plane sur une civilisation occidentale désormais affaiblie et attaquée de tous côtés. Arme de déconstruction massive, une idée comme celle du “privilège blanc” plante dans les esprits les graines d’un futur génocide tout en poussant ses futures victimes à consentir, pour le bien de l’Humanité, à leur propre extermination.

Grâce à son fonds chrétien catholique mais aussi à l’universalisme républicain qui en découle, la notion de privilège blanc progresse plus difficilement en France que dans l’Amérique protestante. Néanmoins, comme nous l’avons vu, le phénomène se développe de plus en plus rapidement à la fois à l’Université et dans la société civile. Par conséquent, il est de notre devoir d’avertir en premier lieu les militants antiracistes  mais aussi tous ceux qui ne se sentent pas concernés par ce combat : à partir du moment où vous êtes blanc, vous avez été désigné comme un ennemi. Par conséquent, vous pourrez donner tous les gages d’antiracisme que vous voudrez, vous êtes coupables par essence et devez donc être éliminés ou soumis. Si vous ne luttez pas de toutes vos forces contre ce concept de « privilège blanc » et les revendications indigénistes qui en découlent, il finira par vous dévorer.

Quant à ceux qui occupent une position de responsabilités, élus, professeurs, responsables associatifs, chef d’entreprise, ils doivent impérativement comprendre le danger de cette notion de « privilège blanc » et tout le risque de violence et d’injustice qu’elle porte en son sein et ainsi réaliser l’importance de la combattre vigoureusement et de ne pas lui céder un seul pouce de terrain.

Pour finir, rappelons que le meilleur antidote à toute cette folie progressiste, à la fois pour l’individu mais aussi pour la société, reste la religion chrétienne et la foi en Jésus Christ. Non seulement la vraie foi permet au sentiment religieux de s’exprimer de façon saine et nous évite de nous prosterner devant de fausses idoles ou des faux dieux mais surtout, elle nous rappelle que nous avons tous été pardonnés par le Christ, mort sur la Croix pour nos péchés, et qu’à ses yeux, il n’y a plus de blanc, ni de noir, d’esclave ou d’homme libre car tous ne font plus qu’un en Jésus Christ (Galates 3:28).

Pour aller plus loin :

Stratégie de subversion (Bezmenov)

Des boucs émissaires

Du Triomphe de la Croix

De la religion de l’Homme

De la guerre hors limites

Leave a Reply