De la courbe de Stuart Kauffman

“Things fall apart; the center cannot hold”

W.B. Yeats -The Second Coming

Stuart Alan Kauffman est un médecin, un biologiste et un chercheur travaillant sur les systèmes complexes, notamment l’origine de la vie sur terre. Sur ce point, il défend l’idée que la complexité des systèmes biologiques et des organismes découle au moins autant de l’auto-organisation et des processus dynamiques non à l’équilibre que de la sélection naturelle darwinienne [NdT : « Far-from-equilibrium dynamics », il s’agit d’une situation où un ordre est maintenu ou émerge au-delà des seuils d’instabilité].

Dans le cadre ce ces recherches, Stuart Kauffman a modélisé les phénomènes d’émergence sous la forme d’une courbe en S. Comme l’a écrit Régis Chamagne, « Cette courbe est presque plate au début, elle semble ne pas évoluer, puis subitement, elle grimpe de façon exponentielle, passe par un point d’inflexion et se stabilise asymptotiquement vers son nouveau paradigme. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’il peut se passer beaucoup de petites choses en apparence anodines si l’on n’y est pas attentif, sans que cela se remarque de l’extérieur, mais à un moment donné, la combinaison de toutes ces petites choses fait masse critique et provoque le changement d’état. »

Cette courbe de Stuart Kauffman nous permet de mieux comprendre à la fois ce que nous avons vécu et ce que nous sommes en train de vivre. Pour simplifier, à partir de la Renaissance, avec une accélération durant la période des Lumières, premier point d’inflexion de la courbe, l’Occident a été le théâtre d’une remise en cause fondamentale des principes philosophiques, spirituels et sociaux qui l’avaient gouverné jusque alors. En 1789, la Révolution Française fut la manifestation visible et politique du deuxième point d’inflexion de cette courbe avec une croissance et une diffusion exponentielle des idées modernes et révolutionnaires tout au long des XIXe et XXe siècles. Après la seconde guerre mondiale, l’Occident atteignit le troisième point d’inflexion avec un transfert de souveraineté progressif des États à des institutions supranationales, la poursuite du travail de sape philosophique (déconstructionnisme, existentialisme, début des gender studies) et la mise en place de ce l’écrivain Renaud Camus a appelé les « industries de l’hébétude » (médias de masse, remplacement de la culture par le divertissement). En 1989, l’effondrement (programmé) de l’URSS constitua le dernier point d’inflexion et donna l’illusion d’une fin de l’Histoire à un Occident désormais mûr pour achever avec le transhumanisme, la « théorie de genre »  et la destruction de toute forme de structures, de valeurs ou d’organisations traditionnelles, le projet luciférien d’individu devenu créateur de sa propre norme.

Alors que les mondialistes, les progressistes et les partisans d’un Nouvel Ordre Mondial pensaient avoir triomphé en arrivant au bout de la courbe de Stuart Kauffman, leur aveuglement les empêcha de comprendre qu’ils se trouvaient en réalité non pas à la fin mais au début de cette même courbe. En effet, depuis les années 2000, un nouveau cycle de changement d’état s’est enclenché avec un premier point d’inflexion incarné par une minorité avant-gardiste de résistants, de patriotes et de défenseurs des valeurs traditionnelles ayant compris le danger posé par le projet mondialiste/progressiste et déterminés à le combattre pour assurer la survie de leurs civilisations respectives. En 2020, là où ses organisateurs crurent y voir l’aboutissement de leur projet, la Grande Réinitialisation et l’épidémie de Covid-19 constituèrent le deuxième point d’inflexion précédant une croissance exponentielle de la résistance au projet mondialiste. Au cours des prochaines années, comme je l’ai expliqué, nous allons assister à un grand réveil des peuples ainsi qu’à l’effondrement du Nouvel ordre Mondial, à la fois par le biais de l’économie, (dédollarisation), des défaites militaires (échec de l’offensive otanienne en Ukraine ou en Syrie), des révélations sur la corruption des classe dirigeantes et plus généralement, par la tension de plus en plus insoutenable entre la propagande politico-médiatique et le monde réel.

Aujourd’hui, le nouveau paradigme en train d’émerger est celui d’une mise en échec du projet de gouvernance mondiale et l’avènement d’un monde multipolaire marqué par la souveraineté des États, le respect de la diversité culturelle et religieuse mondiale et un retour aux valeurs morales, sociales et familiales traditionnelles. Nous sommes en train de vivre un véritable changement d’ère où les puissances dominantes d’hier seront les sociétés effondrées de demain, où ce qui était censuré ou dénoncé sera loué et approuvé, et où tous les résistants, les complotistes et les non-vaccinés seront reconnus comme des sages, des exemples et l’avenir de l’humanité.

« Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers. »

(Matthieu 20 :16)

Pour aller plus loin :

Du changement de paradigme

Du cygne noir

Dépasser Babylone (Martin Geddes)

Bienvenus au XXIe siècle (Régis Chamagne)

Leave a Reply