De la croissance

Il est toujours utile de rappeler qu’à l’échelle de l’histoire économique, la croissance des deux derniers siècles représente l’exception plutôt que la règle. Jusqu’au XIXème siècle, la croissance économique de toutes les sociétés préindustrielles était  en effet proche de zéro. Pour ces dernières, l’augmentation de la population ou l’accaparement de richesses extérieures, donc la guerre, constituaient  en réalité le seul moyen de « croissance ».

Tout cela changea avec la Révolution Industrielle et l’exploitation des énergies fossiles, pétrole et charbon. J’ai déjà expliqué comment la croissance économique est en réalité une fonction linéaire de l’énergie consommée et comment l’effondrement du taux de rendement énergétique va mécaniquement contribuer à un ralentissement de la croissance au XXIème siècle.

Aujourd’hui, je voudrais revenir sur l’idée même de croissance et expliquer pourquoi cette dernière et à plus forte raison, la construction de tout système économique et social sur le postulat d’une croissance infinie constitue une idée aussi absurde  que dangereuse.

Pour la pensée économique actuelle, une croissance de 1% par an est considérée comme faible, la valeur souhaitable se situant autour de 3 à 5% pour les économies « matures ». Rappelons  tout d’abord qu’une croissance de 1% signifie le doublement de l’unité de valeur à l’échelle d’un siècle.  Les économistes et les dirigeants politiques devraient être troublés par le fait qu’il est quasiment impossible de trouver un phénomène naturel capable de croître ne serait-ce que de 1% de façon continue et infinie.  La Nature est en effet marquée par cycles d’expansion puis de contraction (cycle des saisons), par une stabilisation une fois un certain seuil atteint suivi d’un déclin (corps humain) ou par une croissance importante suivie d’un effondrement tout aussi brutal (étoiles).

Pour mieux comprendre, l’absurdité du postulat, imaginons un instant que le corps humain connaisse une croissance continue de 1% par an.  Ce corps mesurerait  environ 1,80m à la fin de l’adolescence et continuerait à croître, passant à 2.20m puis 2,50 m  et ainsi  de suite jusqu’à sa mort, consommant au fur et à mesure du temps  une quantité de plus en plus importantes de ressources pour se maintenir.

En poussant le raisonnement jusqu’au bout, une entité qui connaitrait une croissance infinie finirait par mourir après avoir consommé toute l’énergie présente dans l’univers.

Si aucun système ne connaît une croissance continue, c’est  donc tout simplement parce qu’une telle croissance  n’est absolument pas soutenable. Malgré cette évidence, la quasi-totalité des habitants de pays dits « développés » continue de penser que leurs économies  et leur niveau de vie vont continuer de croître indéfiniment.  Plus grave encore, l’idée de croissance se trouve tellement ancrée dans la psychologie moderne  qu’il est très difficile de faire admettre que ce que nous considérons depuis deux siècles comme la règle représente  en réalité, à l’échelle de l’histoire économique humaine, une exception née de l’exploitation massive de stock d’énergies fossiles et de matière premières  pour l’essentiel non-renouvelables.

Le refus de remettre en cause l’idée même de croissance menace doublement nos sociétés,  sans parler des conséquences désastreuses de ce paradigme sur l’environnement.

En premier lieu, le postulat de la croissance  a rendu nos systèmes économiques et sociaux extrêmement vulnérables et fragiles. Aujourd’hui,  non seulement tous nos systèmes économiques doivent croître pour se maintenir et ne sont absolument plus calibrés pour gérer des cycles marqués par de longues périodes de contraction mais ils ont également détruits toutes les structures et les organisations traditionnelles qui, elles, s’étaient perfectionnées durant  des milliers d’années dans la gestion des phases de creux.

Mais surtout, ce postulat de croissance a ancré dans les esprits que « plus » était toujours « mieux », qu’il était raisonnable de s’attendre à avoir un peu plus chaque année que l’année précédente et que tout accroissement d’une unité de valeur constituait un « progrès ».  Les « progressistes » devraient toujours se rappeler que leur croyance trouve son origine au fond d’un puits de pétrole ou d’une mine de charbon.

Pour leur plus grand malheur, les hommes du XXIème siècle ne sont absolument pas préparés mentalement à la contraction qui vient et les idées de limite, de contrôle et de décroissance restent considérées comme de véritables hérésies sur le plan politique et social,  jugées bonnes à n’intéresser que les militants écologiques les plus radicaux. 

Pour amortir le choc qui vient, il est urgent de réintégrer l’idée de cycle et de limite dans la pensée politico-économique et constituer autant d’amortisseurs (buffers) et de réserves que possible pour surmonter les contractions à venir. Un des grands défis politique et organisationnel du  XXIème siècle sera  la reconstruction de systèmes socio-économiques  flexibles, antifragiles  et capables de résister à de longues périodes de croissance faible ou nulle sans être fragilisés, ni s’effondrer.  Autrement dit : tout reste encore à faire.

Leave a Reply